Autrement en Pays Charolais

Pierre Martinerie : D ?VELOPPEMENT DURABLE

Cr ?ation de brigades de gestion des milieux naturels.

par Webmestre le mercredi 20 décembre 2006

Le Conseil général s’est engagé dans une démarche de développement durable illustrée par trois principes : protection de l’environnement, efficacité économique et progrès social.

Sur cette thématique chère à Pierre Martinerie, il propose la création d’une Équipe départementale d’aménagement et d’environnement, et le lancement d’un appel à projet pour la mise en œuvre de Brigades de gestion des milieux naturels et du cadre de vie.

Une démarche utile sachant que le Département est ou sera prochainement maître d’ouvrage de 3 espaces naturels sensibles, de 150 ha de domaines forestiers et départementaux, d’un linéaire croissant de Voies Vertes et de futures Voies Bleues et d’équipements pourvus de parcs et jardins.

Pour remplir les missions d’entretien, l’équipe sera composée d’un chef d’équipe et de 8 Rmistes. Afin d’aider les autres collectivités, intercommunalités, associations et entreprises d’insertion, le Département lancera un appel à projet relatif à la création des brigades de gestion des milieux naturels et du cadre de vie, composées de Rmistes.

Afin d’en encourager la création, il participera généreusement au financement. Ce rapport donna lieu à des échanges intéressants. Jean Lautrey fit part de son expérience et des difficultés rencontrées : « Vous ne trouverez pas assez de Rmistes pour ces fonctions. c’est très difficile à gérer ; pourquoi ne pas faire appel au secteur marchand ? » Pierre Martinerie répondit en ne niant pas les difficultés mais en insistant sur la nécessité de former les allocataires, 8 000 en Saône-et-Loire : « Quant à l’appel à projet, il s’agit de donner un coup de pouce aux initiatives locales, il n’y a pas de problème avec la concurrence privée ».

Jean Lautrey répliqua qu’il était difficile de motiver des allocataires qui ne touchent pas davantage en travaillant. MM. Rebillard, Chaintron, Renault, Drevon firent part de leurs expériences.

Le président Sirugue calma le jeu en expliquant que le Conseil Général devait multiplier les opportunités du parcours d’insertion : « C’est notre devoir, nous sommes confrontés à l’augmentation des Rmistes ».

Finalement, le sénateur Émorine et l’opposition préférèrent s’abstenir sur la création de l’équipe d’aménagement et votèrent favorablement au lancement de l’appel à projet.

H.R. le jsl