· Autrement en Pays Charolais

Autrement

Législatives 2017

Recherche sur le site :
Accès direct
VIOLENCES CONJUGALES : Nicole Eschmann (PS) r ?agit

Article mis en ligne le 3 décembre 2006 par Webmestre  

Violences conjugales , infraction pénale Un million et demi de femmes en France, tous milieux sociaux confondus, souffrent d’agressions conjugales répétées, verbales, physiques, psychologiques, sexuelles qui laissent des séquelles traumatologiques importantes : dépression, suicide, conduite addictive. Tous les trois jours en 2006, une femme est assassinée par son compagnon. Chiffres en dessous de la réalité puisque ne prenant pas en compte les suicides, qui sont souvent la conséquence directe de violences conjugales, ni les décès survenant quelques mois après l’agression. L’Observatoire national de la délinquance fait mention d’une femme tous les deux jours dans son dernier rapport.

En réponse, le gouvernement vient de proposer une série de mesures : Il vient de chiffrer à un milliard d’euros par an le coût économique des violences conjugales : est-ce que la connaissance de ces chiffres va faire reculer les agresseurs ?

Il propose de changer le numéro d’appel : faciliter le témoignage des victimes, c’est bien, mais après ? il faut pouvoir les héberger. Certaines femmes restent deux ans dans les associations, car les places dans les centres d’hébergement, vont en priorité à ceux qui vivent dans la rue, les femmes battues étant censées avoir un domicile. Il recommande aux bailleurs une interprétation souple de la clause de solidarité, pour qu’ils ne rendent plus responsables des loyers et des dettes de leur conjoint violent, les femmes quittant le domicile commun ? peut-on croire que le privé acceptera de compenser le non-engagement de l’Etat ?

Il veut faire de la lutte contre ces violences une « cause nationale » en 2008 ? par charité, nous n’évaluerons pas les grandes causes nationales décrétées par M. Chirac dans ses deux mandats.

Les dernières mesures gouvernementales ne sont que des mesurettes empilées les unes sur les autres.

Pas de volet consacré à la formation et à l’éducation : il faut éduquer les enfants dès le plus jeune âge en les prévenant contre les représentations stéréotypées des rôles des femmes et des hommes, en convainquant que l’on peut être un homme sans utiliser ses poings, en éduquant à la parole et à la non-violence.

Les moyens financiers ne sont pas dégagés pour permettre aux femmes d’échapper aux violences : il faut des structures d’accueil spécifiques ; il faut protéger l’emploi de ces femmes, lorsqu’elles en ont un, de façon que les absences liées aux violences subies ne puissent constituer un motif de licenciement ; il faut assurer à ces femmes le droit aux Assedic en cas de perte de leur emploi. Il faut donner des moyens aux associations qui aident ces femmes en menant une action de prévention et de formation...

Il nous faut une politique globale de lutte contre les violences faites aux femmes, qui permette de traiter tous les enjeux liés aux violences faites aux femmes, qu’il s’agisse des aspects préventifs, éducatifs, et sociaux.

C’est d’une loi cadre dont on a besoin, dont la spécificité est de prévenir la violence.

C’est le modèle de la loi espagnole, la « loi intégrale contre la violence de genre », adoptée à l’unanimité par les députés espagnols en décembre 2004, transversale à tous les ministères : aide aux victimes sur tous les plans (juridique, sanitaire, psychologique, professionnel et financier), création de tribunaux spécialisés, mécanismes facilités de retrait des publicités sexistes, sensibilisation à l’égalité dans les programmes scolaires...

Elle apporte des réponses en termes de répression, prévention, accompagnement des victimes et suivi des auteurs de violences.

C’est de cela dont nous avons besoin. C’est cela que je me suis déjà engagée à défendre au Palais-Bourbon, si les électeurs m’élisent en juin 2007. C’est cela que Ségolène Royal vient de proposer pour première loi si les Français la portent à la Présidence de la République en mai 2007. C’est avec cela que la vie des femmes pourra commencer à changer.

(JPG)
Nicole Eschmann

Nicole Eschmann, candidate du Parti Socialiste pour les Elections Législatives 2007 dans la 1ère circonscription.

nicoleeschmann.charolles.info

Le forum Répondre à cet article (pas de message pour le moment)
Ce site à reçu 677265 visites dont 62 aujourd'hui.Maxi/24 h. : 801 visites.  Moyenne : 363 visites/jour.
Site réalisé sous SPIP d'après le squelette Durzy - 2006 - Plan du site - Espace Auteurs Charte