· Autrement en Pays Charolais

Autrement

Législatives 2017

Recherche sur le site :
Accès direct
Un moral d’acier pour gagner :Jacques REBILLARD ET Jean-Paul DRAPIER

Article mis en ligne le 23 septembre 2006 par Webmestre  

Jacques REBILLARD ET Jean-Paul DRAPIER ont un moral d’acier pour gagner en 2007, Arnaud MONTEBOURG en est convaincu.

(JPG)

Il est toujours très agréable pour un sympathisant de gauche ou pour un militant socialiste d’assister à une réunion publique animée par Jacques Rebillard et Arnaud Montebourg. D’une part , Arnaud Montebourg nous a transmis ses analyses, sa force de conviction et son dynamisme, d’autre part Jacques Rebillard par sa pondération, sa connaissance des réalités locales nous a convaincus de la nécessité d’une politique de proximité, la décentralisation, pour répondre aux attentes et besoins du citoyen.

Quels sont les sujets qui ont été abordés par nos deux hommes politiques ? En préambule, Jacques Rebillard et Arnaud Montebourg ont tous deux insisté sur l’importance de ne plus décevoir les électeurs en conduisant les réformes nécessaires mais en ne promettant pas ce qui ne pourra être tenu.

Dans quelle direction doit-on aller pour redresser le pays selon eux ? Tout d’abord ne pas faire ce que fait la droite, c’est à dire :
-   laisser filer la dette publique,
-   casser les services publics,
-   détaxer les droits de succession des grandes fortunes, baisser l’impôt sur le revenu pour les plus riches,
-   au nom du dogme ultra libéral, brader des pans entiers de notre industrie : ce qui conduit à fermer nos usines et accroît le chômage. Nous sommes dans une société où le plus faible est soumis à la loi du plus fort. Pour Arnaud Montebourg et Jacques Rebillard, il est fondamental de rétablir du lien, de la solidarité car seul on ne peut pas s’en sortir.

Dés lors que nous proposent ils ?
-   De supprimer les privilèges aristocratiques en taxant le capitalisme financier,
-   de mettre fin à la sur rémunération du capital et aux profits scandaleux du CAC 40 et rééquilibrer en faveur des salariés,
-   d’en finir avec la république du privilège où ceux qui travaillent dur n’ont parfois aucune autre solution que de vivre dans des caravanes,
-   de créer 500 000 logements sociaux plutôt que d’octroyer des avantages fiscaux aux propriétaires qui favorisent la construction de logements locatifs privés chers (loi de Robien).

Arnaud Montebourg et Jacques Rebillard souhaitent aussi restaurer la primauté du politique, faire en sorte que des décisions importantes pour les nations ne soient pas prises en catimini au niveau de la France ou de l’Europe, telle l’ouverture des marchés au textile chinois. L’exemple d’ARCELOR est frappant : ce groupe fut racheté par un milliardaire indien alors qu’il avait été renfloué par nos impôts. En le privatisant et en le vendant, on a favorisé une OPA. Que va devenir ce groupe si les brevets et les emplois partent ? Pensons aux usines de Gueugnon, du Creusot, de Dunkerque etc. Les décisions de cette nature doivent impérativement venir en examen de la Nation.

Ce retour de la primauté du politique doit également se décliner dans le cadre européen. Arnaud Montebourg insiste sur l’importance de l’Europe, il estime qu’il faut créer un bloc d’états puissants pour empêcher les délocalisations, créer des pôles énergétiques européens et non pas brader GDF -SUEZ au marché. Il faut impulser un plan de co-développement européen pour permettre aux populations émigrantes de vivre mieux dans leur pays et ainsi réduire les flux migratoires. Il est stupide, amoral et inefficace de s’attaquer aux enfants étrangers scolarisés en France.

Arnaud Montebourg défend le projet d’une stratégie de croissance du pouvoir d’achat pour recréer des emplois, redynamiser la machine économique qui est panne. Le modèle ultra libéral est fautif de cet état. Les richesses dès lors créées permettront de réduire la dette publique, et de maintenir les services publics aujourd’hui mis en danger par la droite.

Arnaud Montebourg nous invite également à prendre à bras le corps la question environnementale, à développer des énergies nouvelles en investissant dans la recherche.

En conclusion force est de constater que la tâche qui attend les gens de gauche, s’ils reviennent au pouvoir, est immense mais rien n’est perdu. Des solutions existent à condition de changer de cap résolument. Et être de gauche c’est croire que l’on peut changer les choses pour un mieux être de tous.

Nadine CLOZEL et Paul LUCCIONI (http://luccioni.charolles.info/)

Le forum Répondre à cet article (pas de message pour le moment)
Ce site à reçu 655618 visites dont 294 aujourd'hui.Maxi/24 h. : 801 visites.  Moyenne : 338 visites/jour.
Site réalisé sous SPIP d'après le squelette Durzy - 2006 - Plan du site - Espace Auteurs Charte