· Autrement en Pays Charolais

Autrement

Législatives 2017

Recherche sur le site :
Dans la même rubrique :
Publié le 21 janvier 2007 par Webmestre
Accès direct
Un collectif de d ?fense de l’ ?cole publique du Charolais-Brionnais s’est mis en place.

Article mis en ligne le 29 mars 2009 par Webmestre  

Les réformes de l’école primaire inquiètent Le collectif de défense de l’école publique veut mobiliser

Au début de la réunion du Collectif de défense de l’école publique du Charolais-Brionnais, mardi soir à La Clayette, une mise au point semblait s’imposer selon les organisateurs. « Le corps enseignant n’est pas pour l’immobilisme. Il n’est pas contre les réformes, sauf si elles vont à l’encontre des fondements de l’école ». Quelque 150 personnes avaient répondu à l’appel du collectif qui couvre les cantons de Charolles, La Clayette, Chauffailles, Semur-en-Brionnais, Marcigny et Paray-le-Monial. Preuve que certains enseignants et parents d’élèves sont inquiets pour l’école primaire. Pour l’instant aucun texte n’est officiel, mais ce que craignent les enseignants présents mardi, c’est d’être mis au pied du mur comme pour le soutien scolaire de la rentrée dernière. Le collectif a listé toutes les réformes en prévision et le tableau n’est pas rose.

Bientôt un nouvel échelon ?

La scolarisation des enfants de 2 ans est de moins en moins possible et il est question de créer des jardins d’éveil. « Les petits seraient accueillis par des professionnels de la Petite enfance et non des enseignants », explique Agnès Duboeuf qui enseigne à l’école de Saint-Vincent-de-Bragny. Et d’ajouter : « Le rôle de l’école maternelle est très mal reconnu ». Côté primaire, la suppression des RASED (Réseau d’aide spécialisée aux élèves en difficulté) passe mal et la création d’un nouvel échelon, l’EPEP (Établissement public d’enseignement primaire) pose questions. Ces structures devraient regrouper plusieurs écoles, et au moins 15 classes. « Les actuels RPI (Regroupement pédagogique intercommunal) ne sont pas assez grands pour faire un EPEP. Pour La Clayette, il faudrait qu’il regroupe toutes les écoles du canton ». Les membres du collectif redoutent la suppression de classes sous couvert de « gestion mutualisée ».

« Faire des économies » ;

La formation des enseignants, le transfert de compétences de l’État vers les collectivités territoriales sans les moyens qui vont avec, la suppression de postes, la mise en concurrence des établissements ont également été évoqués lors de cette réunion. « La seule motivation de toutes ces mesures, c’est de faire des économies », soutenait un enseignant. « Est-ce qu’on va continuer à appliquer des choses qui ne ressemblent à rien », a repris une de ses collègues, également dans l’assistance. La question des possibles modes d’action a également été posée par des parents d’élèves soucieux de soutenir le collectif. Les organisateurs de la réunion ont souligné que ce n’était pas forcément l’objectif de ce premier rendez-vous. Et ont invité le public a consulté son blog pour se tenir informer. L’intention mardi soir était surtout d’alerter enseignants, parents d’élève et élus.

jsl Madeleine Jambon et Caroline Justeau

************************************************************************

Un collectif de défense de l’école publique du Charolais-Brionnais s’est mis en place. Il regroupe l’ensemble des écoles du Charolais-Brionnais. Une réunion d’information et de débat aura lieu aujourd’hui à 20 heures à la salle des fêtes. Les élus, parents, enseignants des cantons de Paray, La Clayette, Chauffailles, Marcigny, Semur sont invités.


Sur le WEB : http://collectifdefenseecolepubliquecharolaisbrionnais.over-blog.com
Le forum Répondre à cet article (pas de message pour le moment)
Ce site à reçu 826425 visites dont 31 aujourd'hui.Maxi/24 h. : 551 visites.  Moyenne : 406 visites/jour.
Site réalisé sous SPIP d'après le squelette Durzy - 2006 - Plan du site - Espace Auteurs Charte