· Autrement en Pays Charolais

Autrement

Législatives 2017

Recherche sur le site :
Dans la même rubrique :
Publié le 21 janvier 2007 par Webmestre
Accès direct
Six fonctionnaires auraient ?t ? mobilis ?s pendant trois jours pour enqu ?ter sur un membre de l’ ?quipe de campagne de la candidate socialiste, selon l’hebdomadaire satirique.

Article mis en ligne le 26 janvier 2007 par Webmestre  

Rebelle est bien fiché par les RG Les Renseignements généraux ont admis avoir établi une fiche sur l’ex-directeur de Greenpeace, aujourd’hui membre de l’équipe de campagne de Royal. Mais nient l’avoir fait à la demande de Sarkozy.

Accusés de surveiller l’entourage de Ségolène Royal, les Renseignements généraux ont reconnu jeudi avoir établi une fiche sur l’ex-directeur de Greenpeace France mais nié tout lien avec la campagne présidentielle et assurent ne pas avoir « reçu (de) demande d’enquête spéciale (de la part) du ministre de l’Intérieur. »

Les RG ont reconnu jeudi l’existence d’une fiche au nom de Rebelle, actualisée « automatiquement et sans ordre » lorsqu’il a rejoint l’équipe de Royal. Dans le journal Le Monde, la direction des renseignements généraux explique que sa fiche a été établie avant son entrée dans l’équipe de la candidate présidentielle socialiste et réactualisée à la mi-janvier. « Elle retrace le parcours de M. Rebelle qui fut, entre autres, fondateur de Vétérinaires sans frontières », soulignant que les RG se montrent, dans cette fiche, « très élogieux » sur son action au sein de Greenpeace.

Selon une source policière, le suivi du militant écologiste relèverait d’une des missions des RG, à savoir l’étude des mouvements susceptibles de passer à l’action violente. De même, la direction des RG reconnaît que le mouvement des Enfants de Don Quichotte, qui a relancé le débat sur les sans-abri en installant des tentes en plein Paris, a été suivi de près. Les objectifs assignés à la Direction centrale des Renseignements généraux (DCRG) sont « clairs » depuis quelques années, selon des responsables des RG : « priorité à la lutte contre le terrorisme, les violences communautaires ou urbaines. Aucun contact avec les journalistes et plus de sondages électoraux. »

Bruno Rebelle a néanmoins dénoncé un « procédé absolument scandaleux »qui en dit long « sur la méthode de Nicolas Sarkozy ». Il a souligné que les policiers enquêtaient essentiellement sur son divorce, pour vérifier s’il n’avait pas été « l’auteur de violences conjugales. »

*********************************************************************

Six fonctionnaires auraient été mobilisés pendant trois jours pour enquêter sur un membre de l’équipe de campagne de la candidate socialiste, selon l’hebdomadaire satirique.

"Je demande que ces informations soient, je l’espère, infirmées, mais si elles sont confirmées, alors il faudra en tirer toutes les conséquences au niveau de la campagne présidentielle", a déclaré François Hollande.

"Elles seraient extrêmement préoccupantes car cela voudrait dire que le ministère de l’Intérieur serait au service du candidat Sarkozy pour éventuellement chercher je ne sais quelle information, je ne sais quel dossier concernant les membres de l’équipe de Mme Royal", a encore dit le premier secrétaire du PS, qui a dénoncé la "confusion des genres".

Dans son édition du 24 janvier, le Canard Enchaîné affirme que sur "ordre en provenance du cabinet" du ministre de l’Intérieur, des investigations ont été menées par les Renseignements généraux sur Bruno Rebelle, ex-directeur de Greenpeace France qui a rejoint récemment l’équipe de campagne de Mme Royal.

Les RG auraient notamment enquêté sur sa vie privée.

Le forum Répondre à cet article (pas de message pour le moment)
Ce site à reçu 829743 visites dont 393 aujourd'hui.Maxi/24 h. : 551 visites.  Moyenne : 407 visites/jour.
Site réalisé sous SPIP d'après le squelette Durzy - 2006 - Plan du site - Espace Auteurs Charte