· Autrement en Pays Charolais

Autrement

Législatives 2017

Recherche sur le site :
Dans la même rubrique :
Publié le 15 janvier 2007 par Webmestre
Publié le 16 décembre 2006 par Webmestre
Accès direct
S ?gol ?ne Royal hausse le ton sur la s ?curit

Article mis en ligne le 28 mars 2007 par Webmestre  

Ségolène Royal a répliqué à Nicolas Sarkozy qui l’a accusée de "prendre le parti des émeutiers" après les incidents survenus mardi à la gare du Nord, critiquant le bilan de l’ex-ministre de l’Intérieur et affirmant qu’elle est la mieux placée pour établir un "ordre juste".

La candidate présidentielle du PS a également dénoncé le "populisme" du candidat de l’UMP et les "mauvais exemples venus d’en haut" devant environ 3.500 personnes réunies au Palais des sports de Tours.

"La question que l’on se pose lorsque l’on voit ce que ce contrôle a provoqué, c’est qu’il y a quelque chose qui ne fonctionne pas bien. Comme s’il y avait une rupture de confiance entre un grand service public, la police nationale, et les citoyens", a-t-elle déclaré mercredi soir.

"Un certain nombre de choses ont été mal faites ces dernières années pour qu’il y ait à ce point une méfiance réciproque", a-t-elle ajouté, promettant de rétablir "un ordre juste où les représentants du service public, de la police, de la gendarmerie, de la justice sont respectés par les citoyens".

"Je ne veux plus en France de zones de non droit où les policiers ont peur d’aller (...). Je ne veux plus de zone de non droit où des jeunes qui n’ont rien à se reprocher ont peur des policiers et des contrôles d’identité", a-t-elle expliqué.

Selon la candidate socialiste, "c’est ce juste équilibre qui correspond à l’ordre juste" et "pour faire cela, il vaut mieux une responsable politique qui aime le service public, qui défend l’Etat, qu’un candidat qui nous explique tous les matins qu’il y a trop de fonctionnaires".

"Je ne tolère pas que l’on puisse au nom de je ne sais quel populisme dresser les fonctionnaires contre ceux qui ne le sont pas", a-t-elle déclaré.

Ségolène Royal a élargi sa critique aux responsables politiques de droite jugeant qu’"il y a eu tellement de mauvais exemples venus d’en haut".

"Quand on voit la façon dont le pouvoir qui se termine place ses amis dans tous les postes de responsabilité, cette image de l’Etat qui n’est plus impartial, là aussi c’est un mauvais exemple", a-t-elle ajouté, estimant que "l’éducation se fait par l’exemple".

Elle a ainsi répété qu’en cas de victoire à l’élection présidentielle, le train de vie de l’Etat serait réduit et que les ministres ne seraient plus "logés, blanchis" avec toute leur famille aux frais des ministères.

PAS DE "POLITIQUE POLITICIENNE"

La candidate socialiste avait auparavant expliqué à la presse qu’elle ne souhaitait pas "exploiter" les incidents qui ont éclaté mardi à la gare du Nord dans un "esprit de politique politicienne".

"Dans le ’Pacte présidentiel’ que je propose aux Français, il y a d’abord et avant tout le rétablissement du lien de confiance entre les uns et les autres. Et l’idée de sortir des logiques d’affrontement pour aller vers des logiques de rassemblement", a-t-elle expliqué lors d’une rencontre informelle après un meeting dans la Halle aux grains de Blois (Loir-et-Cher).

"Je ne veux pas exploiter dans un esprit de politique politicienne ces graves incidents parce que je ne m’en réjouis pas pour la France", a-t-elle souligné.

"L’ordre juste que je souhaite pour la France implique que tout usager des transports publics accepte le contrôle de son titre de transport et respecte les règlements", avait-elle expliqué.

Invitée de Canal+ à la mi-journée, elle avait estimé que les heurts de la veille étaient la preuve que la politique de Nicolas Sarkozy au ministère de l’Intérieur avait échoué "sur toute la ligne".

"En cinq ans d’un gouvernement d’une droite qui avait fait de la sécurité son thème de campagne, on voit que c’est l’échec sur toute la ligne", a-t-elle jugé.

"Le seul et unique responsable" de la situation, c’est l’ancien ministre de l’Intérieur, a renchéri Jack Lang, conseiller spécial de la candidate dans un communiqué. "Sous son règne, les délinquants ont prospéré. M. Sarkozy a été en permanence un fauteur de troubles et de violence".

"Jamais la société française n’a été aussi violente. Jamais les rapports entre le service public de la police nationale et la population n’avaient été aussi dégradés", ont expliqué de leur côté Julien Dray, porte-parole du PS et Delphine Batho, chargée des questions de sécurité, dans un communiqué.

"Les socialistes n’ont donc pas de leçons à recevoir. Il faut avoir le courage de regarder la réalité en face. C’est ce que fait Ségolène Royal qui préconise une fermeté et une précocité nouvelles pour prendre à bras-le-corps la montée de la violence dans la société française", ont-ils ajouté.

TOURS (Indres-et-Loire) (Reuters) -

Le forum Répondre à cet article (pas de message pour le moment)
Ce site à reçu 689663 visites dont 352 aujourd'hui.Maxi/24 h. : 801 visites.  Moyenne : 375 visites/jour.
Site réalisé sous SPIP d'après le squelette Durzy - 2006 - Plan du site - Espace Auteurs Charte