· Autrement en Pays Charolais

Autrement

Législatives 2017

Recherche sur le site :
Dans la même rubrique :
Publié le 15 janvier 2007 par Webmestre
Publié le 16 décembre 2006 par Webmestre
Accès direct
Royal corrige Sarkozy, candidat antijeunes.

Article mis en ligne le 3 février 2007 par Webmestre  

De l’éloge de la participation, Ségolène Royal, sans ambiguïté, passe à la démonstration de force.

La question, depuis quelques jours, s’esquissait : entre asthénie sondagière, pilonnage de la droite et dirigeants du PS brûlant d’en découdre « à coups de latte », selon l’un d’eux, n’était-il pas temps d’en revenir aux fondamentaux du combat politique ?

C’est au cours d’un discours à la jeunesse que Ségolène Royal a donné sa réponse, à Grenoble lors du quatrième et dernier de ses débats participatifs, en s’en prenant, dans les grandes largeurs, à Nicolas Sarkozy.

« Je n’accepterai pas que le débat soit dévoyé, escamoté, sali par le jeu de manoeuvres subalternes, injurieuses ou illicites », a-t-elle d’abord posé, en référence aux enquêtes policières et au « procès en incompétence instruit par la droite » qu’elle évoquait il y a quelques jours.

Mais c’est d’abord en candidate et potentiellement en future « présidente de la République de la France métissée » qu’elle s’en est prise à son principal adversaire, dont elle a contesté la « légitimité politique ».

Tragédie.

C’est donc du terrain de la jeunesse et de la banlieue qu’est partie la candidate socialiste pour instruire le procès politique de Nicolas Sarkozy. Evoquant « Bouna, Zyed et Muhittin, les jeunes électrocutés de Clichy », Ségolène Royal a promis « à leurs familles » qu’elle n’aurait « de cesse que la vérité soit connue dans la tragédie qui a pris leurs jeunes vies, au-delà du mensonge du ministre de l’Intérieur ».

Elle a prévenu celui-ci, à propos des banlieues : « Il ne suffira pas d’envoyer tous les bataillons de police et de gendarmerie, cela n’y changera rien. »

Et voilà le candidat de l’UMP accusé de manier « les mots de la provocation », de faire de « l’organisation de l’insécurité (...) un argument de campagne pour faire peur et frapper les esprits, complaisamment relayé par les médias amis du pouvoir ». Des médias qui « se demandent tous les jours si je vais tenir, et s’il ne faudrait pas changer de candidate [...], qui relaient tous les pièges, toutes les chausse-trappes... »

La candidate socialiste, en inhabituelle veste de cuir noir a donc davantage tenu un véritable meeting politique qu’un débat participatif, devant quelque 4 000 personnes, dans une ancienne patinoire olympique préalablement chauffée par plusieurs centaines de jeunes socialistes.

Comme souvent, elle a bien cité Djamel, ou encore Diam’s. Mais c’est plus classiquement, en invoquant l’écrivain Paul Nizan qu’elle a attaqué son discours. « J’ai besoin que vous gardiez intacts votre goût du combat, vos colères, vos refus », a déclaré Royal, exaltant la « jeunesse fiévreuse (...) qui a fait reculer la droite sur le CPE ».

La candidate, qui depuis quelques jours chercher à soigner le clivage droite-gauche, s’en est pris « à ceux qui pensent que les jeunes sont un problème, qui n’en parlent qu’en terme de délinquance, qui ne cessent de les stigmatiser. Moi, je pense que les jeunes sont la solution à nos problèmes. »

Contraception.

Plutôt que « de promettre » à la jeunesse, Ségolène Royal assure préférer « demander quelque chose ». Mais elle aura, à l’arrivée, promis quand même : contraception gratuite pour les jeunes filles, programme de logement pour les étudiants et jeunes travailleurs, permis de conduire offert pour tout jeune diplômé du CAP, prêt à taux zéro de 10 000 euros, garanti par l’Etat, allocation d’autonomie. Des propositions comme lui en réclament ses amis socialistes. Mais qui n’ont pas masqué l’essentiel hier : décrire son adversaire en candidat antijeunes.

Le forum Répondre à cet article (pas de message pour le moment)
Ce site à reçu 655987 visites dont 188 aujourd'hui.Maxi/24 h. : 801 visites.  Moyenne : 338 visites/jour.
Site réalisé sous SPIP d'après le squelette Durzy - 2006 - Plan du site - Espace Auteurs Charte