· Autrement en Pays Charolais

Autrement

Législatives 2017

Recherche sur le site :
Accès direct
R ?union publique avec la participation de Yvette Roudy, ex-Ministre des Droits de la Femme, et de la Commission Droits des Femmes

Article mis en ligne le 24 février 2007 par Webmestre  

MEETING DU PS AVEC L’EX-MINISTRE DES DROITS DE LA FEMME Yvette Roudy a défendu Ségolène Royal et les femmes

(JPG)

Yvette Roudy (à g.) est venue soutenir Nicole Eschmann pour les législatives et parler de la place des femmes en politique, notamment celle prise par Ségolène Royal

Même si elle progresse au fil du temps, la parité en politique fait encore figure d’Arlésienne. 12,3 % de femmes à l’Assemblée nationale, 16,9 % au Sénat, on est encore loin du compte.

Nicole Eschmann, candidate socialiste à la députation dans le Mâconnais-Clunisois, avait invité Yvette Roudy à Sancé pour évoquer le sujet. Ministre des Droits de la femme de 1981 à 1986, elle fait aujourd’hui partie de l’équipe de campagne de Ségolène Royal. Hier soir, l’ex-députée européenne a bien sûr défendu la place des dames sur l’échiquier politique : « Le degré de démocratie d’un pays se mesure à la place faite aux femmes. Bourguiba, Marx et Gandhi disaient cela ; ce sont des hommes qui comptent tout de même ! »

Campagne présidentielle oblige, la transition d’Yvette Roudy est toute trouvée pour consacrer une large partie de son discours à Ségolène Royal : « L’arrivée de Michèle Bachelet à la tête du Chili a été une surprise. C’est une révolution culturelle qui peut aussi se faire en France, car le peuple veut ce changement. Ségolène en est l’image. »

Lige de la candidate socialiste, Yvette Roudy dénonce l’acharnement politico-médiatique accusant la Deux-Sèvriennes d’impéritie : « Elle n’est pas sortie de nulle part, elle a appris aux côtés de François Mitterrand. Si elle n’avait pas été à l’écoute de ses électeurs, elle n’aurait pas été réélue dans sa circonscription en 1993.

Et puis elle a réussi à gagner la région Poitou-Charentes face à un Premier ministre (Jean-Pierre Raffarin). Les conquêtes difficiles, elle connaît. Personne ne lui a fait de cadeaux. Même les femmes du Parti socialiste n’étaient pas prêtes à la suivre pour la présidentielle. »

Pour Yvette Roudy, Ségolène Royal est victime d’un acharnement auquel un homme aurait échappé : « quand elle faisait les débats participatifs, on disait qu’elle n’avait pas d’idées. Elle en a sorti 100. Après, on lui demandait comment elle pourrait financer tout ça. Elle a notamment affirmé qu’elle se passerait d’un nouveau porte-avions pour privilégier l’Éducation. Quand elle dit « je », on l’accuse de mépriser le parti. Lorsqu’elle appelle les éléphants, on s’étonne qu’elle ait besoin d’eux. En fait, ça ne va jamais. C’était la même chose pour Mitterrand. Il disait « je traverserais la Seine à pieds secs, on dirait que je ne sais pas nager ». »

Yvette Roudy a aussi relu Blum (décidément, cet homme revient à la mode !) : « Les valeurs du socialisme, c’est le partage, l’harmonie, pas seulement l’économie. Ségolène réveille ces valeurs de façon moderne. » Jaurès avait sans doute raison : « Quand les Hommes ne peuvent changer les choses, ils changent les mots. »

JSL 2 mars 2007

A. Defois

Réunion publique avec la participation de Yvette Roudy, ex-Ministre des Droits de la Femme, et de la Commission Droits des Femmes de la Fédération le 1er mars, salle des fêtes de Sancé à 20h30.

Yvette Roudy à Mâcon le 1er Mars Les droits des femmes à soutenir encore et toujours

(JPG)

Yvette Roudy a un parcours exemplaire de self made woman. Née en Gironde d’une famille modeste Yvette Roudy , prend conscience très jeune de l’existence des injustices qui l’entourent. Jamais elle ne les acceptera. Cette capacité d’indignation fera d’elle une battante.

Une carrière politique issue du féminisme Elle obtient une licence d’anglais tout en travaillant et deviendra traductrice, faisant ainsi connaître en France La femme mystifiée de Betty Friedan. Elle publie en 1975, chez Flammarion, La femme en marge, préfacé par François Mitterrand, où elle fait le point sur la marginalisation historique des femmes. C’est le féminisme qui l’amène à la politique. En 1973 elle siège au Comité Directeur du Parti Socialiste. En 1977, elle est Secrétaire Nationale à l’Action Féminine, puis en 1979, élue au Parlement Européen.

Ministre des Droits de la Femme de 1981 à 1986, elle construit son action autour du principe d’"actions positives ", et lutte pour l’intégration des femmes dans le système du pouvoir : six grandes lois marquent son passage : pour l’égalité dans l’accès aux emplois publics ; sur le statut des conjoints d’artisans et de commerçants ; sur le remboursement de l’interruption volontaire de grossesse, sur l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes, pour le recouvrement des pensions alimentaires, sur l’égalité des époux dans les régimes matrimoniaux. Députée du Calvados jusqu’en 2002, son action parlementaire a été décisive dans le domaine de la Bioéthique en cosignant avec Bernard Bioulac en 1992 un rapport sur la Bioéthique.

Fondatrice de l’assemblée des femmes

Alarmée par le retard en France de la représentation des femmes en politique, Yvette Roudy a créé en 1992 l’Assemblée des Femmes qu’elle préside. En 1996, elle réunit autour du " Manifeste pour la Parité " les signatures de dix anciennes ministres de Gauche et de Droite qui allaient jouer un rôle déterminant dans la décision du Parti Socialiste de présenter 30 % de candidates aux élections de 1997 puis 50% en 2007.

Une femme battante, enthousiaste, généreuse, relevant tous les défis, elle est membre aujourd’hui du bureau national du PS et anime, avec Arnaud Montebourg, le courant "Rénover maintenant". Elle est un des soutiens les plus marqués à Ségolène Royal comme candidate à l’investiture du PS, puis intègre sa première équipe de campagne. Elle fait partie de la nouvelle équipe de campagne de Ségolène Royal désignée le 22 Fevrier 2007 pour les élections présidentielles de 2007 .

Elle vient soutenir le 1er mars à 20h30 à la salle des fêtes de Sancé, Nicole Eschmann, candidate du Parti Socialiste aux Elections Législatives dans la 1ère circonscription. Cette réunion publique portera sur la longue marche des femmes pour leurs droits et la nécessaire place des femmes dans la représentation politique.

Le forum Répondre à cet article (pas de message pour le moment)
Ce site à reçu 677265 visites dont 62 aujourd'hui.Maxi/24 h. : 801 visites.  Moyenne : 363 visites/jour.
Site réalisé sous SPIP d'après le squelette Durzy - 2006 - Plan du site - Espace Auteurs Charte