· Autrement en Pays Charolais

Autrement

Législatives 2017

Recherche sur le site :
Accès direct
Philom ?ne Baccot conduira la liste ? Construisons l’avenir de Digoin ?

Article mis en ligne le 23 janvier 2008 par Webmestre  

Réunion de lancement de campagne

le mercredi 30 janvier

à 18 h à l’annexe de la salle des fêtes

(JPG)

avec la présence de Christophe Sirugue et Jacques Rebillard.

******************************************************************

Sereine et tranquille du fait de l’investiture du PS, Philomène Baccot souhaite mener une campagne de terrain pour offrir des réponses les mieux adaptées à la population, pour que « Digoin change ». Je veux faire aimer Digoin aux Digoinais ». Telle est l’ambition de Philomène Baccot, tête de liste pour le Parti Socialiste, suite au retrait de Jean-Paul Larue pour raisons personnelles. Avec son équipe, elle va s’atteler à donner une impulsion nouvelle à la ville pour juguler « son déclin inexorable » (perte de population, d’activités industrielles, fermeture de commerces, fermeture de classes...).

« Ce n’est pas une candidature par défaut » clame-t-elle, précisant que depuis plusieurs mois, elle travaillait avec Jean-Paul Larue et tous deux étaient tombés d’accord sur l’idée d’un duo en sachant que l’un ou l’autre serait tête de liste. « Son retrait ne change en rien en ma motivation et à mon envie pour un rassemblement le plus large à Digoin : loin des querelles et des sous-entendus, voire des mensonges qui ont été répandus ici ou là, ma candidature représente bien un changement profond et radical que je propose aux Digoinais. » D’ailleurs, Jean-Paul Larue a assuré son soutien à cette liste « je rends hommage à Jean-Paul Larue et je lui garde mon amitié ; il devrait participer activement au succès de notre liste ».

Forte de la confiance du PS et du PRG ; Philomène Baccot, militante au sein du PS depuis 10 ans, n’a jamais sollicité à titre personnel le suffrage des électeurs : ce sera une première pour elle. Mais elle est « gonflée à bloc », emplie de la confiance que lui porte la fédération de Saône-et-Loire du PS qui a tranché, la désignant pour conduire la liste du PS et du Parti radical de Gauche à Digoin. Elle a souhaité constituer une large liste de rassemblement avec des personnes de sensibilités diverses dont du PCF et de la « sacro sainte » société civile. Elle se dit « sereine et tranquille » du fait de cette investiture ne souhaitant pas travailler dans la division (allusion à la présence de deux listes de gauche, la 2e étant conduite par Gérald Uhlrich) : « la candidate officielle c’est moi, et le dissident c’est lui ! Les statuts ont été appliqués. Qu’il n’accepte pas ce qui a été tranché par le conseil fédéral, c’est son problème. Moi j’ai la confiance du PS, un témoignage d’autant plus grand que je suis la première femme candidate à Digoin, et la seule femme PS tête de liste du département. J’incarne donc la nouveauté, le changement et le dynamisme. » Philomène Baccot n’a délibérément pas encore bouclé sa liste soucieuse de garder quelques places pour d’éventuelles personnes compétentes et désireuses d’œuvrer pour le bien commun.

De nouveaux projets pour un nouveau Digoin ; Ce sont ses 7 ans passés comme conseillère municipale dans l’opposition qui ont motivé l’engagement de Philomène Baccot et lui ont donné l’envie de proposer des orientations différentes « j’ai pu observer les dysfonctionnements de la majorité municipale et son incapacité à répondre aux besoins de la population : 13 ans de mandats Castagna, ça suffit ! La ville est gérée par quatre ou cinq personnes : où est la démocratie ? Le changement s’impose : l’avenir de Digoin existe à travers mes propositions. »

Philomène Baccot souhaite offrir une politique du terrain « ce n’est pas suffisant de faire de belles phrases, mais il faut être dans l’action. Je suis à l’écoute des Digoinais et l’aide que je peux apporter je le fais ». Philomène Baccot n’en est pas encore à dévoiler son projet, des commissions travaillent à sa présentation définitive mais elle livre quelques pistes : privilégier le milieu associatif, la scolarité, le devenir des personnes âgées et la santé « le problème de la désertification médicale n’est pas l’apanage de certains mais le souci de tous. Nous connaissons le désarroi d’une personne âgée ou d’une mère de famille obligée de composer le 15 en pleine nuit. Une Maison médicale, certes, mais avec des médecins qui assurent des gardes et dont il faut faciliter l’installation comme le propose le Conseil Général. La compétence ayant été transférée à la CCVal, j’agirai auprès d’elle pour que ce dossier soit une priorité. »

Jeannette Monarchi jsl

Le forum Répondre à cet article (pas de message pour le moment)
Ce site à reçu 634665 visites dont 340 aujourd'hui.Maxi/24 h. : 801 visites.  Moyenne : 476 visites/jour.
Site réalisé sous SPIP d'après le squelette Durzy - 2006 - Plan du site - Espace Auteurs Charte