· Autrement en Pays Charolais

Autrement

Législatives 2017

Recherche sur le site :
Dans la même rubrique :
Publié le 21 janvier 2007 par Webmestre
Accès direct
Nouvelle crise de Sarko !!!

Article mis en ligne le 7 octobre 2007 par Webmestre  

« Ces journées parlementaires étaient merdiques, totalement merdiques. »

Le lundi 1 octobre au matin, devant ses collaborateurs, Sarkozy était remonté comme un coucou.

« C’était une vraie grosse colère », assure un témoin. Un jeu de massacre, plutôt : « Tout le monde s’en est pris plein la gueule. »

A commencer par Fillon, coupable « de vouloir le doubler sur la rupture ». Puis ce fut le tour de Bernard Accoyer, président UMP de l’Assemblée, « totalement inaudible et inutile ».

Feu ensuite sur Jean-François Copé, président UMP de l’assemblée, qui « a essayé de nous baiser » en laissant les parlementaires se défouler. Flingage encore de Josselin de Rohan, « un abruti » à la tête du groupe sénatorial qui a osé qualifier le projet sarkosyste de modernisaton de la V république « de concours Lépine constitutionnel permanent ».

Haro, enfin sur ces parlementaires et « leurs fichus états d’âme » : « il faut leur rappeler à qui ils doivent leur élection. » La reprise en main, prévue le 3 octobre à l’Elysée à l’occasion de la réception des élus de la majorité, s’annonce joyeuse...

Il fut avouer que députés et sénateurs l’ont cherché. A Strasbourg, les 28 et 29 septembre, les rares parlementaires présents (une centaine sur 500) avaient mis à profit l’absence du chef pour se défouler. « Est-il normal que nous votions une loi aussi importante que celle sur le droit d’asile à 4h30 du matin avec 23 députés en séance ? », s’est ainsi interrogé, à haute voix, le député-maire de Versailles, Etienne Pinte, en référence au projet de loi Hortefeux. Le même proche de Fillon, a insisté : « Est-il normal que nous votions une nouvelle loi sur l’immigration alors que les décrets d’application de la précédente ne sont toujours pas publiés ? » Une baffe à l’ancien ministre de l’Intérieur, un certain Nicolas Sarkozy.

Après Pinte, Jean-Luc Warsmann, président de la commission des lois, a brandi l’étendard de la rébellion : « ça nous révolte lorsqu’on entend, le matin, à la radio un fait divers sur un chien qui dévore un enfant ou un manège qui s’effondre. Puis quelques instants plus tard quand on apprend qu’il va falloir voter une nouvelle loi. » La politique compassionnelle du président ne serait-elle pas au goût du plus grand nombre ?

Pire encore dans le crime de lèse-majesté : aucune photo de Sarko n’était affichée à l’intérieur du palais des congrès de Strasbourg.

Poutine à des défauts, mais ce n’est pas à lui qu’on se permettrait de faire un tel mauvais coup...

Le Canard enchaîné.

Le forum Répondre à cet article (pas de message pour le moment)
Ce site à reçu 829743 visites dont 393 aujourd'hui.Maxi/24 h. : 551 visites.  Moyenne : 407 visites/jour.
Site réalisé sous SPIP d'après le squelette Durzy - 2006 - Plan du site - Espace Auteurs Charte