· Autrement en Pays Charolais

Autrement

Législatives 2017

Recherche sur le site :
Accès direct
Manifestation de soutien A LA CLAYETTE.

Article mis en ligne le 30 mars 2009 par Webmestre  

Manifestation de soutien A LA CLAYETTE Les salariés de Manitowoc nagent en plein doute

La population s’est mobilisée samedi à La Clayette pour éviter les licenciements chez Manitowoc. Les salariés présents dans le cortège oscillent entre espoir et désabusement. Pour les salariés de Manitowoc (anciennement Potain), en six mois de temps, l’ambiance a changé du tout au tout. En juin denier, ils fêtaient comme il se doit les 80 ans de leur entreprise. En décembre, des mesures de chômage partiel étaient prises. Et depuis, les mauvaises nouvelles s’accumulent. « Mon fils et moi sommes salariés chez Potain, donc on est au chômage partiel, c’est-à-dire qu’on travaille trois jours et on chôme quatre semaines. Ma femme qui travaillait chez un sous-traitant a été licenciée en décembre. Et mon autre fils, qui est à Lyon, a également été licencié. Ça fait trente-sept ans que je suis chez Manitowoc et là, j’en ai ras-le-bol. C’est toujours les petits qui trinquent. Je n’ai jamais manifesté, mais là... Quand on voit les bénéfices qu’ils ont faits. Il profite de la crise », explique Daniel Chataigner, qui travaille au service atelier-charpente.

« L’entreprise fait partie de notre patrimoine culturel » ; Depuis le milieu de semaine dernière, le site est bloqué par des salariés au chômage partiel. Certains esprits se sont même échauffés et des salariés inscrits dans ce mouvement ont commis des actes de vandalisme (pneus crevés). Samedi matin, au début de la manifestation, Julien Baudon, délégué syndical CGT a tenu à condamner ces actions, « à ne pas confondre avec le syndicalisme ». L’intérêt est au rassemblement du plus grand nombre. Et l’appel à la manifestation a été entendu. Plus de 500 personnes ont défilé dans les rues de La Clayette. Des soutiens de tous horizons. Les élus étaient bien représentés en tête du cortège. « Potain, c’est un atout économique, mais il y a aussi l’aspect sentimental. L’entreprise fait partie de notre patrimoine culturel. C’est de loin la première entreprise du canton et elle a été fondée par un Clayettois », souligne Jean-Claude Renon, maire de Gibles.

« On espère que ça va changer quelque chose » ; Des salariés d’autres entreprises du secteur, de sous-traitant gonflaient les rangs de la manifestation. Anna, Nadine et Jean-Pierre travaillent à la gestion de production. Ils apprécient cette mobilisation. Dans leur service, un poste doit être supprimé. « Les gens sont bien mobilisés. On espère que ça peut changer quelque chose, mais est-ce que ça va aboutir ». Colère, résignation, injustice, les sentiments s’entremêlent. Certains salariés s’étaient fait des dossards où l’on pouvait lire : « Pas un sou aux actionnaires, pas de prime aux managers = zéro licenciements-Moratoire du plan » ou « Sarko, comment travailler plus pour gagner plus chez Manitowoc. Bouge-toi... Merde. ». Sur les grilles de l’entreprise, d’où est parti le défilé, les banderoles prolifèrent. Exemple : « Bonus pour eux, Assedic pour nous ». Salariés, élus, ou simples citoyens Charolais , tous espèrent que la mobilisation influe sur les décisions de la direction. Caroline Justeau Photos Jérôme debarreix

Le temps de la manifestation, les commerçants ont fermé boutique et placardé sur leur vitrine une affiche indiquant : « Commerçants solidaires » La mobilisation a été forte samedi derrière les salariés de Manitowoc. Plus de 500 personnes ont défilé dans les rues de La Clayette

Le forum Répondre à cet article (pas de message pour le moment)
Ce site à reçu 634665 visites dont 340 aujourd'hui.Maxi/24 h. : 801 visites.  Moyenne : 476 visites/jour.
Site réalisé sous SPIP d'après le squelette Durzy - 2006 - Plan du site - Espace Auteurs Charte