· Autrement en Pays Charolais

Autrement

Législatives 2017

Recherche sur le site :
Accès direct
Le pr ?sident des riches : 1 / Le Fouquet’s.

Article mis en ligne le 10 novembre 2010 par Webmestre  

LE PRESIDENT DES RICHES. Enquête sur l’oligarchie dans la France de Nicolas Sarkozy.

Le livre de Monique Pinçon-Charlot et de Michel Pinçon (éditions zones) pointe une connivence entre pouvoir et monde des affaires...de plus en plus décomplexée.

Nous en publierons des extraits régulièrement au fil des semaines qui viendront.

1. Le Fouquet’s : les amis du CAC 40 au cœur de la fête.

6 mai 2007.

A peine la victoire de Nicolas Sarkozy à l’élection présidentielle est-elle acquise, avec 53% des suffrages exprimés, que l’une des annonces de sa campagne se trouve malmenée par la réalité de sa pratique. Le nouveau président avait martelé pendant plusieurs mois qu’il serait celui de la France qui se lève tôt. Aussitôt élu, il se révèle sous son véritable jour.

Le grand monde des affaires.

Nicolas Sarkozy s’empresse d’aller fêter sa victoire avec ses amis les plus chers dans le nouvel hôtel de luxe du Groupe Lucien Barrière, à l’angle des Champs-Elysées et de l’avenue George V. Il y retrouve un échantillon de la France qui se couche tard. Si le repos d’une nuit dans ce type d’établissement est proportionnel aux tarifs pratiqués, la pleine forme est vite retrouvée. Mais se lever tôt à plus de 1 000€ la nuit doit être un véritable crève-cœur.

Le Fouquet’s Barrière est classée cinq étoiles. Ce n’est pas à proprement parler un palace comme le Ritz ou le Georges V : il est trop récent pour cela, à l’image de la fortune de la plupart des invités du président. Parmi les invités, Dominique Desseigne, lui aussi président, mais du conseil de surveillance et du comité stratégique du Groupe Lucien Barrière (Hôtels de luxe et casinos), est un ami de longue date de Nicolas Sarkozy. Celui-ci s’était établi pendant la campagne de l’élection présidentielle dans son hôtel particulier, au cœur de la villa Montmorency, l’un des « lotissements » les plus chics de la capitale.

D’autres présidents étaient de la partie. Vincent Bolloré, président de Havas et du groupe Bolloré, par l’intermédiaire duquel il est présent dans de multiples conseils d’administration, en particulier dans le secteur de la logistique et des transports.

Ce groupe étend aujourd’hui son influence dans les médias, avec la création de deux journaux gratuits, Direct soir et Matin plus, et celle d’une nouvelle chaîne de télévision, Direct 8, sur le réseau TNT. Le patrimoine professionnel de Vincent Bolloré est estimé, en 2010, à près de 3 milliards d’euros, ce qui le situe au 11ième rang du palmarès des grandes fortunes professionnelles françaises. Lui aussi habite dans la villa Montmorency, ghetto doré du XVIème arrondissement de Paris.

Martin Bouygues, P-DG du groupe homonyme, est également de la fête. Implanté dans plus de quatre-vingt-cinq pays, le Groupe Bouygues compte 145 150 salariés. Il fait partie de l’indice boursier CAC 40. Le groupe est actif dans le BTP, l’immobilier, les télécommunications et les médias. Avec un patrimoine professionnel de plus de 2 milliards d’euros, Martin Bouygues se situe au 17ième rang du classement de challenges. (Chaque année, au début du mois de juillet, l’hebdomadaire Challenges publie le palmarès des fortunes professionnelles françaises, accompagné d’articles sur le rôle économique et le mode de vie des heureux lauréats. Une lecture enrichissante pour tous ceux qui souhaitent se familiariser avec les sagas familiales, d’industriels et de financiers dont dépendent les revenus et la vie de millions de salariés, voir www.challenges.fr).

Il est comme Bernard Arnault, le parrain d’un fils de Nicolas Sarkozy et de Cécilia Ciganer-Albéniz, dont il a été également le témoin de mariage. Intime du président de la république, Bernard Arnault était tout indiqué pour sceller l’alliance des affaires et de la politique. P-DG de LVMH (Moët Hennessy-Louis Vuitton), il est la première fortune professionnelle de France avec près de 23 milliards d’euros.

Serge Dassault, avec 6 milliards d’euros, est le brillant sixième du palmarès. PDG du Groupe industriel Marcel Dassault, il poursuit l’activité de l’avionneur tout en développant Dassault Systèmes qui élabore des logiciels pour l’industrie. Héritier, comme Martin Bouygues, il a lui aussi diversifié son activité en investissant dans les médias. Depuis 2006, le Groupe Figaro est détenu à 100% par la famille Dassault.

Autre invité de marque, Jean-Claude Decaux, qui fut le voisin du futur président, et d’ailleurs son administré, lorsque celui-ci était maire de Neuilly. Numéro un mondial du mobilier urbain. Jean-Claude Decaux occupe le 10ième rang avec sa fortune professionnelle de 3 milliards d’euros.

Nicolas Sarkozy cousine large, au-delà des frontières, le canadien Paul Desmarais et le Belge Albert Frère, arrivé dans la journée de Marrakech, dans son jet privé, ont salué son succès au Fouquet’s. Amis de Sarkozy et amis entre eux, ils ont pour point commun d’être milliardaires. Une caractéristique qui n’avait rien d’exceptionnelle ce soir-là. Les deux hommes possèdent 48% des parts du Groupe Bruxelles Lambert, actionnaire de Total, Suez, Lafarge... Ce qui vaut à Frère d’avoir été anobli par Albert II, roi des Belges, qui l’a fait baron en 1994. Quant à Paul Desmarais, 83 ans en 2010, son groupe financier, Power Corporation du Canada, est désormais dirigé par ses deux fils. Dans son immense propriété de Sagard, à la tête de la plus grande fortune de la Belle Province, il reçoit des hommes d’affaires, mais aussi les Bush, les Clinton, et un certain Nicolas Sarkozy, venu y fêter le réveillon de 2004 avec son épouse.

Des amies de Cécilia Sarkozy, liées au monde des affaires, donnent un zeste de parité à un milieu très masculin. Agnès Cromback dirige la branche française de Tiffany, un groupe international de joaillerie. Mathilde Agostinelli est directrice de la communication chez Prada. Bien que grande amie de Cécilia Ciganer-Albéniz, elle fut choisie, peu de temps après, par Nicolas Sarkozy comme témoin de son troisième mariage, avec Carla Bruni, l’autre témoin étant Nicolas Bazire, haut responsable du Groupe LVMH et lui aussi présent au Fouquet’s.

Le banquier Antoine Bernheim et le conseiller Alain Minc avaient tous deux leur place dans cette fête. Elle célébrait l’élection de Nicolas Sarkozy et, en même temps, la victoire du néolibéralisme, le système qui a substitué un capitalisme financier spéculatif au capitalisme industriel fonctionnant de pair avec l’Etat-Providence.

Monique et Michel Pinçon.

Le forum Répondre à cet article (pas de message pour le moment)
Ce site à reçu 698251 visites dont 256 aujourd'hui.Maxi/24 h. : 801 visites.  Moyenne : 374 visites/jour.
Site réalisé sous SPIP d'après le squelette Durzy - 2006 - Plan du site - Espace Auteurs Charte