· Autrement en Pays Charolais

Autrement

Législatives 2017

Recherche sur le site :
Dans la même rubrique :
Publié le 5 novembre 2006 par Webmestre
Accès direct
Le Parti socialiste propose la censure
Les d ?put ?s socialistes ont d ?pos ? un texte de motion de censure contre l’ ?quipe gouvernementale, qui sera d ?battu mardi prochain.

Article mis en ligne le 15 mai 2006 par Webmestre  

« Chaque député qui ne votera pas la motion de censure apportera son soutien à Villepin, Sarkozy ou Alliot-Marie, et approuvera l’ensemble de l’équipe gouvernementale actuelle : personne ne pourra fuir ses responsabilités », expliquait le premier secrétaire du PS, François Hollande, mercredi soir, à l’occasion de la présentation devant la presse internationale de son livre Devoir de vérité. Au même moment, à l’Assemblée nationale, Jean-Marc Ayrault, président du groupe socialiste, déposait le texte de la motion qui a d’ores et déjà obtenu le soutien des Verts et des radicaux de gauche. Cette motion sera débattue mardi prochain et défendue par François Hollande lui-même.

S’il prend appui sur la crise ouverte au sommet de l’État, le texte fait un sort plus global à la droite en soulignant « le divorce entre le pouvoir et les Français », qui serait « consommé avec l’implication de l’exécutif dans la ténébreuse affaire Clearstream ». « Économiquement, socialement, moralement, le gouvernement a épuisé la France et les Français : tous ceux qui y participent en portent la responsabilité. Aucun ne peut prétendre s’en - exclure. » Évoquant la prochaine échéance électorale, « qui doit être l’occasion de tourner la page de ce régime de crises », la motion a aussi pour objectif explicite de faire que cette élection « ne débouche pas sur le rendez-vous tronqué de 2002, sous la menace de l’extrémisme ».

Officiellement, le PS va répétant qu’il ne demande pas un recours anticipé à des élections présidentielle ou législatives. « Nous nous préparons pour 2007 », explique-t-on. Tout en appelant le président de la République à prendre ses responsabilités, auquel cas « on serait prêt ». Ce qui paraît quelque peu fanfaron, étant donné l’état du débat à gauche, et les difficultés pour la désignation des candidats.

En réalité, l’initiative socialiste vise tout particulièrement à mettre au pied du mur les députés UDF qui auraient là l’occasion de clarifier leur position : soit ils soutiennent le gouvernement contre lequel ils multiplient les critiques verbales, soit ils passent dans l’opposition. Hervé Morin, président du groupe UDF à l’Assemblée, n’a, semble-t-il, pas encore tranché : « La question est ouverte... » Son collègue Maurice Leroy s’interroge et n’écarte pas le vote, arguant que, compte tenu du poids du groupe UMP à l’Assemblée, la censure « n’a aucune chance d’être adoptée ». Il y voit donc « un vote symbolique » sans risque.

L’autre objectif de l’initiative du PS consiste à placer en porte à faux les députés UMP eux-mêmes ainsi que le président de cette formation, Nicolas Sarkozy. Si ce dernier donne pour consigne de ne pas voter la censure, ce qui semble assez plausible, que resterait-il de ses critiques contre le chiraquisme et contre Villepin ? Quelle crédibilité pour la prétendue « rupture » dont il se revendique, alors qu’il aurait contribué à ressouder la formation chiraquienne et à donner un nouvel adoubement au premier ministre

actuel ?

Dominique Bègles


Sur le WEB : L’humanit
Le forum Répondre à cet article (pas de message pour le moment)
Ce site à reçu 635076 visites dont 121 aujourd'hui.Maxi/24 h. : 801 visites.  Moyenne : 468 visites/jour.
Site réalisé sous SPIP d'après le squelette Durzy - 2006 - Plan du site - Espace Auteurs Charte