· Autrement en Pays Charolais

Autrement

Législatives 2017

Recherche sur le site :
Dans la même rubrique :
Publié le 5 novembre 2006 par Webmestre
Accès direct
Le PS attend des actes forts face aux refus de soins

Communiqu ? de Pascal TERRASSE, secr ?taire national ? la sant ? et

Claude PIGEMENT, responsable national ? la sant ?


Article mis en ligne le 19 décembre 2006 par Webmestre  

La précarité s’est beaucoup développée, dans notre pays, depuis plus de quatre ans. Elle se manifeste par l’augmentation du nombre de travailleurs pauvres, d’allocataires du RMI. Elle s’exprime à travers une dégradation de la situation sanitaire, et une accentuation de l’inégalité d’accès aux soins. La prévention sanitaire reste marginale et trop peu considérée. Des pandémies, que l’on croyait vaincues, réapparaissent et se propagent, à nouveau dans la société. 13 % de la population-jeunes, personnes âgées, salariés pauvres et précaires-hésitent ou renoncent, aujourd’hui, à se soigner, pour des raisons financières, et par manque de moyens. L’inégalité sociale et territoriale d’accès aux soins se structure et s’amplifie.

C’est dans ce contexte, à la fois injuste au plan social, et inquiétant sur le terrain sanitaire, que les refus de soins s’accumulent au détriment des plus démunis et des plus défavorisés, relevant particulièrement de la Couverture Maladie Universelle et de l’Aide Médicale d’Etat. Ces comportements sont intolérables, et l’Ordre des Médecins doit jouer son rôle déontologique.

Ils contredisent l’essence même du pacte social et du serment d’Hippocrate. Le parti socialiste attend, au-delà d’un urgent rappel à l’ordre de l’Etat, des initiatives énergiques pour éradiquer des comportements, qui n’ont pas leur place dans une société, fondée sur les valeurs républicaines et de solidarité.

Le droit de se soigner et d’être soigné constitue un droit universel, qui ne saurait souffrir la moindre dérogation, la moindre discrimination. L’obligation de moyen, en toutes circonstances, est un impératif sanitaire et social absolu, ainsi qu’une nécessité de santé publique.

Pour le parti socialiste, alors que Xavier Bertrand réunit mardi une table ronde avec tous les acteurs concernés, le gouvernement se doit d’agir vite et fort pour rétablir un principe et un droit.

A défaut, notre société pourrait passer très rapidement, en matière de santé, de la référence à la carte vitale à celle de la seule carte bancaire.

Le forum Répondre à cet article (pas de message pour le moment)
Ce site à reçu 655353 visites dont 39 aujourd'hui.Maxi/24 h. : 801 visites.  Moyenne : 343 visites/jour.
Site réalisé sous SPIP d'après le squelette Durzy - 2006 - Plan du site - Espace Auteurs Charte