· Autrement en Pays Charolais

Autrement

Législatives 2017

Recherche sur le site :
Accès direct
"La lep ?nisation du discours de Nicolas Sarkozy est en marche. Il est manifestement un candidat ? la d ?rive" selon Arnaud Montebourg

Article mis en ligne le 11 mars 2007 par Webmestre  

Nicolas Sarkozy, en prônant la création d’un "ministère de l’immigration et de l’identité nationale", s’est attiré les vives critiques de ses adversaires politiques et des associations qui y ont vu un appel du pied à l’électorat FN, à six semaines du premier tour.

"Je veux un ministère de l’immigration et de l’identité nationale", a annoncé jeudi soir le candidat UMP lors de l’émission "A vous de juger" sur France 2.

La proposition a été dénoncée dès jeudi soir par le PS, pour qui le ministre de l’Intérieur "laisse entendre que l’immigration est une menace potentielle pour la culture française". Le PS a demandé vendredi à M. Sarkozy de "revenir sur cette proposition" et "reconnaître son dérapage".

Le numéro un PS François Hollande a enfoncé le clou : "Je crains vraiment que dans cette campagne Nicolas Sarkozy soit dans un flirt poussé avec les thèses du Front national".

Le candidat UDF, François Bayrou, a renchéri, estimant "qu’en enfermant dans la même phrase immigration et identité nationale", Nicolas Sarkozy a franchi "une frontière". En meeting à Perpignan vendredi soir, M. Bayrou a jugé que "l’identité nationale de la France, elle a un nom, c’est la République".

"On ne mélange pas dans le même ministère immigration et identité nationale. D’abord on ne fait pas un ministère de l’identité nationale. On ne fait pas un ministère de la France", a-t-il dit.

"Les masques tombent : Nicolas Sarkozy est dangereux pour la démocratie et pour les valeurs de la République", a estimé la candidate PCF Marie-George Buffet, pour qui "accoler immigration et identité nationale renvoie aux épisodes les plus sombres de notre histoire".

Face à ces critiques, la porte-parole du candidat UMP, Rachida Dati, a fait valoir que "il n’y a rien de choquant, ni aucune connotation à immigration et à identité nationale".

Vendredi, le candidat de l’UMP s’est lui-même défendu devant la presse contre ces "mauvaises polémiques" car l’identité française, ce n’est pas un gros mot".

"L’Histoire de France, la fierté d’être Français, l’identité française sont au coeur de la campagne électorale", a-t-il ensuite affirmé lors d’une réunion publique à Caen.

L’idée de ce nouveau ministère a été approuvée par Jean-Marie Le Pen qui voit là "une petite opération de racolage sur les terres du FN".

Elle a en revanche suscité l’indignation d’associations. La Ligue des droits de l’homme s’est déclarée "scandalisée" par cette proposition, qui "constitue un appel de pied supplémentaire à l’extrême droite".

SOS Racisme a regretté que "l’immigration serve à nouveau de lamentable épouvantail aux échecs et aux failles du passé" et affirmé que les candidats à la magistrature suprême "ne doivent pas divertir les citoyens en flattant les plus bas instincts d’une partie d’entre eux".

Dans la même veine, le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (Mrap) affirme que Nicolas Sarkozy "n’a pas utilisé ces termes par hasard" et qu’en associant ces termes, "il libère la parole et l’idéologie raciste, il menace gravement la cohésion nationale".

"Visiblement, Nicolas Sarkozy entreprend la danse du ventre devant l’électorat de Le Pen", ironise le Réseau éducation sans frontières, voyant comme "ministre de l’Identité nationale" Johnny Hallyday, soutien de Nicolas Sarkozy qui s’est installé en Suisse tout en demandant la nationalité belge.

Samedi, Arnaud Montebourg, porte-parole de Ségolène Royal, a estimé que "la lepénisation du discours de Nicolas Sarkozy est en marche" et que "la question des contreparties politiques aux parrainages donnés à Jean-Marie Le Pen est désormais posée".

"Nicolas Sarkozy est manifestement un candidat à la dérive", a estimé le porte-parole de la candidate socialiste à la présidentielle dans une déclaration à l’AFP, suite à l’annonce du candidat UMP de son projet de créer s’il est élu "un ministère de l’immigration et de l’identité nationale".

Pour le député de Saône-et-Loire, "la question des contreparties politiques aux parrainages donnés à Jean-Marie Le Pen est désormais posée". Au début de la semaine, M. Sarkozy avait indiqué qu’il se "battrait" pour que M. Le Pen -et Olivier Besancenot (LCR)- puissent être candidats.

"A quand l’arrivée de la famille Le Pen au gouvernement et au pouvoir dans les wagons du sarkozysme ?", se demande M. Montebourg.

(JPG)

Dépêche AFP du 10.03.07 titrée : Ministère de "l’immigration et de l’identité nationale" : tollé contre Sarkozy

*******************************************************************

Un exemple local, qui en dit long :

Dans la course aux 500 signatures nécessaires pour être candidat à l’élection présidentielle, Jean-Marie Le Pen a trouvé, un soutien inattendu du côté de Saint-Martin-en-Bresse.

Le maire UMP de la commune, Michel Lauriot, a en effet apporté son parrainage au candidat du Front National.

Michel Lauriot explique avoir pris cette décision « pour que les gens puissent s’exprimer correctement pour les élections présidentielles. Je ne me suis pas posé 50 000 questions. Je ne partage pas les idées du candidat du Front National, et notamment pas ses excès de langage. Je suis d’ailleurs un soutien actif de Nicolas Sarkozy. Je suis un démocrate avant tout et j’ai pris cette décision en mon âme et conscience ».

Le forum Répondre à cet article (pas de message pour le moment)
Ce site à reçu 698251 visites dont 260 aujourd'hui.Maxi/24 h. : 801 visites.  Moyenne : 374 visites/jour.
Site réalisé sous SPIP d'après le squelette Durzy - 2006 - Plan du site - Espace Auteurs Charte