· Autrement en Pays Charolais

Autrement

Législatives 2017

Recherche sur le site :
Dans la même rubrique :
Publié le 15 janvier 2007 par Webmestre
Publié le 16 décembre 2006 par Webmestre
Accès direct
? La candidature de S ?gol ?ne Royal a une vraie force parce qu’elle s’attaque aux structures ?, explique Arnaud Montebourg dans Le T ?l ?gramme de Brest

Article mis en ligne le 19 novembre 2006 par Webmestre  

Au lendemain du triomphe de Ségolène Royal, Arnaud Montebourg, député de Saône-et-Loire, un des trois porte-parole de la candidate officielle du Parti socialiste, trace pour Le Télégramme les grandes lignes de ce que devrait être la campagne de la candidate socialiste pour l’élection présidentielle des 22 avril et 6 mai 2007.

(JPG)
Arnaud Montebourg, d ?put ? de Sa ?ne-et-Loire. (Photo AFP)

Le Télégramme de Brest : Quelles sont, à vos yeux, les raisons de l’ampleur du succès de Ségolène Royal ?

Arnaud Montebourg : Je crois que les militants socialistes ont voulu tourner la page des anciennes querelles, des échecs du passé et de tout ce qui pouvait, peu ou prou, incarner cela. Ils ont voulu faire table rase pour écrire une nouvelle page de l’Histoire de France avec la gauche. De ce point de vue, je considère qu’un mouvement, qui a conduit les adhérents à s’emparer de la candidature de Ségolène pour permettre au pays d’organiser une nouvelle donne politique, constitue la plus belle revanche du 21 avril 2002.

Même s’ils n’obtiennent à eux deux qu’un peu moins de 40 % des suffrages militants, Dominique Strauss-Kahn et Laurent Fabius pèsent encore politiquement. Quelle place l’équipe de Ségolène Royal entend-elle leur réserver dans la campagne ?

Nous avons besoin de nous donner la main. Les militants, qui ont voté pour les deux compétiteurs de Ségolène Royal, ont envoyé un message. Ils appartiennent à la famille socialiste. Nous devons donc les écouter, les entendre et travailler avec eux.

Parmi les adversaires de Ségolène Royal, certains sont plus grognons que d’autres (Jospin, Allègre, Mélenchon). Ceux-là, les intégrerez-vous à votre dispositif de campagne ?

Le Parti socialiste, tout le parti, prendra sa place dans la campagne. Il le fera avec les diversités qu’il porte. Mais concernant les personnalités que vous citez, il est trop tôt pour dire le rôle qu’elles prendront. À chaque jour suffit sa peine. Cette question est en discussion. Elle sera traitée en temps voulu.

Pendant la campagne interne du Parti socialiste, Dominique Strauss-Kahn et Laurent Fabius ont beaucoup reproché à Ségolène Royal de prendre trop de distance par rapport au projet socialiste. Dès lors qu’elle a été désignée comme candidate officielle, mettra-t-elle ce projet au cœur de sa campagne ?

Le projet socialiste est la garantie du rassemblement de tous les socialistes, et, d’une certaine manière, c’est la garantie du rassemblement de toute la gauche. Et, pour être plus précis, de toutes les gauches. C’est notre point de rassemblement. Au demeurant, n’oubliez pas que ceux qui ont désigné Ségolène comme candidate du Parti socialiste à la présidence de la République ont, eux aussi, massivement approuvé le projet socialiste. Il n’y a donc pas d’antinomie entre Ségolène et le projet. Il y a, au contraire, une sorte de continuité et de complémentarité.

Pourtant, certaines propositions de votre candidate (sur la carte scolaire, sur l’encadrement militaire des jeunes délinquants, mais aussi à propos des 35 heures et sur les jurys populaires sont très éloignées du projet socialiste. Comment résoudre ces contradictions ?

Les propositions de Ségolène Royal ne sont pas contraires au projet du Parti socialiste. Ni sur la carte scolaire, ni sur la lutte contre la marchandisation de l’éducation. Et en ce qui concerne les jurys populaires, il s’agit simplement de donner un contenu concret à la démocratie participative. Ségolène Royal se situe donc absolument dans le cadre du projet. Elle propose de l’enrichir à sa manière. Mais le projet, qui est notre point de rassemblement, est notre cadre à tous. C’est notre moyen d’être ensemble. Il n’y a donc aucune raison, malgré les procès un peu déplacés et excessifs qui ont été instruits contre elle, qu’il n’y ait pas un mélange harmonieux entre la personnalité que les militants ont choisie pour porter les couleurs du PS à la présidentielle, et le projet qui est notre point de rassemblement.

Si votre candidate se qualifie pour le second tour de l’élection présidentielle, il va lui falloir rassembler toute la gauche. Son positionnement, jugé trop droitier par la gauche de la gauche, n’est-il pas de nature à la handicaper pour réaliser ce rassemblement ?

Il y a un malentendu à lever sur cette question. Ségolène n’est absolument pas droitière. Je pense qu’elle veut réellement chaanger la vie quotidienne des gens, avec les moyens limités que sont aujourd’hui les outils de l’action publique. Il nous faut avoir un dialogue avec toute la gauche, et d’abord avec ceux qui veulent participer à l’action gouvernementale. Il faut que nous parvenions à changer en profondeur ce pays. La candidature de Ségolène Royal a une vraie force parce qu’elle s’attaque aux structures. C’est, je le crois, une vraie force pour l’avenir de ce pays comme pour toute la gauche.

Georges Frêche, qui vient de dénoncer la présence de trop de footballeurs de couleur dans l’équipe de France, a-t-il encore sa place au sein du Parti socialiste ?

Je me demande s’il a jamais été vraiment socialiste. Le racisme est incompatible avec nos valeurs. Les déclarations de Georges Frêche m’ont fait mal au cœur. Je pense que la coupe est pleine.

Faut-il l’exclure ?

Je pense qu’il est temps de prendre des décisions beaucoup plus définitives.

Propos recueillis par Philippe Reinhard

Retrouver l’entretien sur le site du Télégramme de Brest (paru le 18 novembre 2006)


Sur le WEB : Retrouver l’entretien sur le site du T ?l ?gramme de Brest
Le forum Répondre à cet article (pas de message pour le moment)
Ce site à reçu 655987 visites dont 187 aujourd'hui.Maxi/24 h. : 801 visites.  Moyenne : 338 visites/jour.
Site réalisé sous SPIP d'après le squelette Durzy - 2006 - Plan du site - Espace Auteurs Charte