· Autrement en Pays Charolais

Autrement

Législatives 2017

Recherche sur le site :
Dans la même rubrique :
Publié le 15 janvier 2007 par Webmestre
Publié le 16 décembre 2006 par Webmestre
Accès direct
La Fondation Copernic a d ?cid ? de contrer "l’effet Bayrou" ? gauche.

Article mis en ligne le 11 avril 2007 par Webmestre  

Le cercle de réflexion antilibérale s’inquiète de l’attraction que le centriste exercerait sur une partie de l’électorat socialiste.

Il a donc diffusé une note intitulée "L’effet Bayrou ou le retour de la République du centre", livrant une analyse du programme du candidat de l’UDF. "Nous essayons de déconstruire cette image d’homme hors système et de prouver que finalement Bayrou est un libéral", explique Evelyne Sire-Marin, coprésidente de la fondation.

Constatant que M. Bayrou capte une frange d’électeurs "déçue par la campagne menée par le Parti socialiste et les autres composantes de l’ex-gauche plurielle" qui voit en lui un "recours possible", l’auteur, Julien Bach, pseudonyme d’un haut fonctionnaire, explique qu’"il suffit de regarder d’un peu plus près ses (rares) propositions pour mesure à quel point sa vision du monde demeure clairement ancrée à droite".

"PLUS LIBÉRAL QUE SOCIAL"

La note souligne le parcours politique de l’homme, ministre de l’éducation du gouvernement Balladur, qui a ainsi "participé à la thérapie de choc néolibérale infligée à la France de 1993 à 1997".

Son programme actuel n’est pas celui d’un "rebelle" et n’a rien de "social-libéral" comme le prétend le candidat, dénonce la Fondation. Ses principales propositions dévoilent un projet "nettement plus libéral que social", assure M. Bach. Ainsi, de sa volonté de faire de la France "un pays pro-entreprises", de la rigueur budgétaire "érigée en dogme" par sa proposition d’inscrire dans la Constitution l’interdiction pour un gouvernement de présenter un budget déficitaire, "la refonte universelle" des retraites vue comme "un projet de nivellement par le bas", ou encore l’allégement de l’impôt sur la fortune... autant de sujets que l’auteur stigmatise comme étant "la poursuite des politiques néoclassiques" de la droite.

Le projet de société du candidat de l’UDF "est un projet faussement humaniste et authentiquement réactionnaire", dénonce Copernic. "Recyclage" de la théorie du moins d’Etat, rejet de l’immigration parce que le pays "compte quatre millions de chômeurs", remise en question du droit de grève "sous couvert d’un service garanti dans les transports", proposition "aux relents sécuritaires évidents" de mise sous tutelle des allocations familiales quand il y a abandon de responsabilité des parents... les réformes centristes démontrent "l’ambition de parvenir à convertir la France à la démocratie chrétienne", conclut la note.

Pour la Fondation, la preuve est ainsi faite que le programme présidentiel du centriste s’inscrit "dans la grande tradition libérale et réactionnaire" dont M. Bayrou ne serait qu’"une variante actualisée". Un leurre qui, "par sa négation des divergences d’intérêts et l’occultation du conflit social" au profit d’une "régulation paternaliste de la société", pèserait dangereusement sur la vie politique française.

La note rappelle ainsi en exergue la citation du philosophe Alain en 1930 : "Lorsqu’on me demande si la rupture entre les partis de droite et les partis de gauche (...) a encore un sens, la première idée qui me vient est que celui qui demande n’est pas un homme de gauche." Une citation qui tourne déjà sur Internet pour mieux prouver qu’être "au-dessus, c’est être de droite".

PDF - 88.9 ko

Sur le WEB : http://clementineautain.fr/wp-content/uploads/2007/04/leffet-bayrou-copernic-flash.pdf
Le forum Répondre à cet article (pas de message pour le moment)
Ce site à reçu 697506 visites dont 89 aujourd'hui.Maxi/24 h. : 801 visites.  Moyenne : 376 visites/jour.
Site réalisé sous SPIP d'après le squelette Durzy - 2006 - Plan du site - Espace Auteurs Charte