· Autrement en Pays Charolais

Autrement

Législatives 2017

Recherche sur le site :
Dans la même rubrique :
Publié le 12 février 2007 par Webmestre
Publié le 6 février 2007 par Webmestre
Publié le 24 septembre 2006 par Webmestre
Accès direct
Intervention de Claudette Brunet Lechenault au repas de lancement de la campagne d’Evelyne Couillerot.

Article mis en ligne le 5 décembre 2006 par Webmestre  

Chers Amis,

Je suis heureuse d’être avec vous ce soir à plusieurs titres.

Radicaux de Gauche et Socialistes ont une longue tradition d’alliance et d’amitié ; nous Radicaux avons à certaines échéances, notamment à des élections locales, mais aussi aux présidentielles, présenté nos propres candidats : c’est le rôle d’un parti politique, sinon il disparaît.

Cette fois-ci, nous avons décidé d’être à vos côtés dès le 1er tour.

Déjà, à votre congrès de Dijon, Jean-Michel Baylet s’était exprimé pour vous dire la nécessité de rassemblement à gauche autour du Parti Socialiste, et notre volonté de ce rassemblement.

Il n’y avait, à l’époque, pas eu de réponse.

Depuis, de nombreuses rencontres entre nos deux partis ont permis d’avancer en ce sens, grâce à la volonté commune de nos dirigeants François Hollande et Jean-Michel Baylet.

Et nous voici aujourd’hui, décidés, ensemble, à « gravir la montagne ».

Les dernières échéances électorales nous ont montré des votes de refus : avril 2002, mai 2005, abstentions, votes extrêmes.

Symptômes de rejet, paradoxalement liés à un désir de citoyenneté parfois brouillon et confus, mais un réel désir de citoyen.

L’exemple du rejet du traité constitutionnel illustre bien cette ambiguïté ; il y a eu beaucoup de débats. Nos citoyens n’ont pas dit non à l’Europe : ils ont dit leur refus d’une pratique politique lointaine, d’un pouvoir distant, opaque, aussi pétri de certitudes qu’inefficace devant les angoisses des plus modestes.

Il y a dans notre pays une exigence de changement. Nous avons, nous la Gauche, l’ardente obligation de réussir ce changement. Oui, nous devons écouter les Français. Mais nous devons, aussi, leur faire partager nos convictions.

Si l’on avait fait un referendum sur la peine de mort, elle n’aurait pas été abolie. C’est l’honneur de François Mitterrand, l’honneur de la Gauche, d’avoir eu le courage de la supprimer.

Dans une société qui manque de repères, le rôle des hommes et des femmes politiques est avant tout de montrer le chemin.

Il y faut volonté et courage, parfois à contre-courant des idées reçues.

Volonté et courage, Ségolène Royal n’en est pas dépourvue. Elle fait, aussi, rêver les Français.

Il lui faudra redonner confiance à une société en panne d’espoir. Il lui faudra, avec nous, avec les Français, réinventer la politique et leur redonner confiance en la politique.

Dans son livre « L’Avenir en Face » Michel Crépeau disait qu’il fallait avoir « les pieds par terre et la tête dans les étoiles ». C’est tout le défi, aujourd’hui de notre candidate.

Faire rêver oui, mais ne pas décevoir.

Car il ne suffit pas de conquérir le pouvoir pour le pouvoir.

Il y a tant de chantiers à finir, tant de choses à faire. Les Français ne nous le pardonneraient pas. Notre candidate commune devra nécessairement aborder des questions difficiles.

-  que fera-t-on pour lutter contre la précarité ? et l’insécurité sociale, professionnelle, physique ?

-  que fera-t-on pour que les plus bas salaires ne soient pas synonymes de pauvreté ?

-  que fera-t-on pour sauvegarder notre système de protection sociale et nos retraites ?

-  que doit-on faire, que peut-on faire dans une économie mondialiste, pour aider ceux et celles qui en ont le plus besoin ?

-  quel rôle souhaitons-nous pour les partenaires sociaux ?

-  quelle éducation, quelle formation voulons-nous pour les citoyens ?

-  quel rôle, quelle place voulons-nous donner à la démocratie participative, sans pour autant affaiblir la démocratie représentative ?

-  quelle réforme institutionnelle, indispensable, allons-nous faire ? la VIème république oui, mais laquelle ? (les Radicaux en parlent depuis 1992).

-  qu’allons-nous faire pour garantir le principe de laïcité dans notre République ?

-  quelle décentralisation voulons-nous pour qu’elle soit plus efficace, plus juste et rapproche le pouvoir des citoyens ?

-  quel avenir allons-nous offrir aux jeunes de ce pays, d’où qu’ils viennent et où qu’ils vivent ?

-  quelle politique européenne voulons-nous pour relancer l’Europe qui est en panne ?

Pour assurer la solidarité avec les Pays du Maghreb, pour contribuer au maintien de la paix ?

Beaucoup de questions posées à Ségolène Royal, à nous tous !

Quel enjeu ! Mais quel beau travail !

Il n’y a pas de fatalité du déclin, rien d’inéluctable dans la précarité ou la pauvreté, rien d’inévitable dans le chômage ou les inégalités.

Comme le dit Jean Michel Baylet citant François Mitterrand « Là où il y a une volonté, il y a un chemin ».

Alors pour la première fois nous allons pouvoir faire élire une femme à la présidence de la République !

Oh, çà ne réglera pas tout, y compris pour les femmes !

Comme la loi sur la parité n’a pas tout réglé. Car il reste beaucoup à faire ! Il ne s’agit pas de mettre des femmes juste pour dire qu’il y a des femmes, n’importe lesquelles, (ou de préférence celles qui ne risquent pas de gêner) il faut leur donner la possibilité de se présenter dans des circonscriptions gagnables et c’est le cas ici. Il faut des femmes maires, conseillères générales. Le nombre de femmes présidentes de Conseils Généraux se compte sur les doigts d’une main, de Conseil Régional, à part Ségolène, aucune.

Alors, c’est vrai, les hommes de 40 - 50 ans vivent mal l’ascension des femmes en politique. Vous vous rendez compte : ils vont devoir attendre ! Mais depuis combien de temps attendons-nous nous les femmes, de participer réellement à la vie de la Cité ? (Roger Gérard Schwarzenberg a écrit il y longtemps dans son livre l’Etat spectacle : « le jour où au gouvernement il y aura autant de femmes médiocres que d’hommes médiocres, à ce moment-là l’égalité entre hommes et femmes existera ».

Je suis heureuse d’être ici pour soutenir Evelyne : si elle est élue ce sera la 1ère femme députée en Saône et Loire !

Quand elle m’a demandé d’être vice présidente de son comité de soutien, j’ai tout de suite accepté.

Non seulement parce que politiquement, les Radicaux de Gauche et les Socialistes ont signé un accord et que nous devons tous le respecter, en mettant de côté les rancoeurs et les petits calculs. Mais parce que c’est une femme, et que, depuis toujours, je me bats pour la présence des femmes en politique, que cela a été, depuis le début de mon engagement, le moteur de toutes mes actions, car j’ai toujours très mal vécu le fait que nous étions mises de côté.

Et puis, parce que j’ai appris à connaître Evelyne et que peu à peu se sont tissés entre nous des liens d’amitié. Elle est compétence, rigoureuse.

C’est une femme de conviction.

Sa désignation par le Parti Socialiste est grandement méritée.

Evelyne, tu as mon soutien, non seulement parce que je suis Présidente de la Fédération départementale des Radicaux de Gauche, mais aussi à titre personnel.

Je serai à tes côtés dans le canton de Chagny, je serai à tes côtés partout où tu souhaiteras mon aide. Nous allons faire une campagne de rassemblement aux présidentielles, aux législatives : c’est cela que l’électorat de Gauche attend de nous, que nous soyons rassemblés.

Je te souhaite, le soir des élections législatives, que tu entendes ce que j’ai entendu en 1988 le soir des cantonales, de la bouche de mon adversaire : « Battu, et en plus, par une femme » !

Mais au-delà de ta satisfaction personnelle, tout à fait légitime, tu sauras, à ce moment-là, que c’est une force collective qui t’a portée là.

La force des hommes et des femmes qui feront élire Ségolène Royal à la présidence de la République.

Et une fois ce « petit » problème réglé, ensemble nous te ferons élire députée de la 3ème circonscription de Saône-et-Loire.

Et ensemble, nous porterons l’espoir que certains d’entre nous ont déjà porté en 1981, je le vois ce soir sur des visages amis de longue date, quand nous rêvions, avec François Mitterrand, de « Changer la Vie ».

(JPG)
Claudette Brunet Lechenault
Le forum Répondre à cet article (pas de message pour le moment)
Ce site à reçu 676877 visites dont 121 aujourd'hui.Maxi/24 h. : 801 visites.  Moyenne : 362 visites/jour.
Site réalisé sous SPIP d'après le squelette Durzy - 2006 - Plan du site - Espace Auteurs Charte