· Autrement en Pays Charolais

Autrement

Législatives 2017

Recherche sur le site :
Dans la même rubrique :
Publié le 21 janvier 2007 par Webmestre
Accès direct
Fran ?ois Patriat, pr ?sident du conseil r ?gional : La situation financi ?re de la R ?gion est assainie.

Article mis en ligne le 15 janvier 2007 par Webmestre  

Le budget primitif 2007 du Conseil régional est soumis aujourd’hui au vote des élus régionaux. Le point avec le président, François Patriat.

(JPG)
Fran ?ois Patriat

Quelle a été votre ambition dans la préparation du budget 2007 ?

François Patriat. - « Notre ambition, c’est de révéler les indicateurs d’une bonne gestion de la région. Et ils sont multiples dans ce budget primitif 2007. Le premier n’est autre que le taux d’exécution : le BP 2006 avait été réalisé à 90,18 %, celui-ci le sera davantage. Il faut tout de même se souvenir que le dernier budget de Jean-Pierre Soisson avait un taux d’exécution de seulement 75 %. Autre indicateur : nous votons plus de crédits de paiement (671 M) que d’autorisations de programme (597 M) à la différence, là aussi, de mon prédécesseur. Cela signifie que nous n’engageons pas des dettes pour l’avenir. Ensuite, nous avons désendetté la région. La dette de la Bourgogne s’établit ainsi aujourd’hui à 133 M contre 245 M en 2000, ce qui représente, par habitant, 83 contre 160 en moyenne pour les régions. Dans le domaine, nous sommes la première région de France. Tout ceci montre que chaque euro prélevé est réinjecté tout de suite et que la maison Bourgogne est dorénavant désendettée. Nous sommes dans la sincérité et la transparence ! »

Justement, sur les prélèvements, qu’en est-il cette année de la fiscalité ?

F.P. - « Je propose pour 2007 une stabilité des taxes indirectes. Quant aux taxes directes (taxe foncière et TP), elles seront indexées sur le coût de la vie, soit le niveau d’inflation prévu par le gouvernement lui-même, 1,8 %. Mais nous assumons l’impopularité de l’impôt qui nous a été transféré. Je vous rappelle que nous avons dû faire le choix d’une hausse de la TIPP afin de pouvoir assumer le coût net de l’acte II de la Décentralisation. Une hausse mesurée puisqu’elle ne représente que 0,6 centime d’euros par litre de gasoil et 0,86 centime pour le super. Le fameux « ticket modérateur » coûte, en outre, 14,8 M au conseil régional. En clair, l’État baisse les impôts et présente la facture aux régions. Malgré cela, nous engageons un important programme pour les compétences de l’État : les voies routières, le TGV, la formation, l’université. »

Eu égard à votre volonté d’assainir la situation financière, les investissements seront-ils au rendez-vous ?

F.P. - « Nous investissons, d’où un recours à l’emprunt (121 M). C’est un budget dynamique et tourné vers l’avenir : la priorité est donnée à l’emploi avec 15 M, ce qui représente + 80 % par rapport à 2006. Le budget alloué aux lycées (99 M) affiche une augmentation de + 29 %, avec la reconduction de la gratuité des manuels scolaires. Celui de la formation professionnelle (87 M) est en hausse de +43 %, celui de l’enseignement supérieur (14 M) de + 12 %. Cette année, nous dotons également le dispositif FABER (favoriser l’accueil en Bourgogne d’équipes de recherche) de 1,44 M supplémentaires. Pour la modernisation du matériel TER, les crédits d’investissement sont en augmentation de 39 %. Pour la préservation de l’environnement, la hausse est de +39 %, pour le développement durable, elle est de +73 % et pour le programme nature et paysages, de +19 %. »

Avec plus de 140 M consacrés à l’environnement, pensez-vous que vos anciens partenaires écologistes, passés depuis dans l’opposition, voteront votre budget ?

F.P. - « Je ne vois pas pourquoi les Verts voteraient contre ce budget. ni l’UMP d’ailleurs ! »

Propos recueillis par Xavier Grizot

Le forum Répondre à cet article (pas de message pour le moment)
Ce site à reçu 712156 visites dont 344 aujourd'hui.Maxi/24 h. : 801 visites.  Moyenne : 365 visites/jour.
Site réalisé sous SPIP d'après le squelette Durzy - 2006 - Plan du site - Espace Auteurs Charte