· Autrement en Pays Charolais

Autrement

Législatives 2017

Recherche sur le site :
Dans la même rubrique :
Publié le 21 janvier 2007 par Webmestre
Accès direct
Education nationale : service minimum ou service public minimum !

Article mis en ligne le 30 juillet 2007 par Webmestre  

Quelles sont les urgences pour notre système éducatif ?

Faire réussir tous les jeunes y compris ceux qui sortent actuellement du système scolaire sans qualification ? Non, les nombreuses suppressions de postes purement comptables montrent que ce n’est pas là la priorité du gouvernement.

Assurer davantage de mixité sociale dans les établissements scolaires pour permettre à l’Ecole de jouer à nouveau son rôle d’ascenseur social ? Non, la suppression pure et simple de la carte scolaire montre bien qu’il ne s’agit pas là de la priorité du gouvernement.

Développer le dialogue social dans un ministère qui le méconnaît ? Non, l’annonce de Monsieur Fillon d’étendre à l’Education nationale « le modèle » de dialogue social actuellement élaboré pour les transports terrestres, le montre bien. Pour le SGEN-CFDT, le dialogue social ne peut se réduire à une séries de contraintes supplémentaires aux nombreux textes qui permettent d’ores et déjà d’assurer la nécessaire continuité du service public en cas de grève dans l’Education Nationale : Ainsi, dans le premier degré, tous les préavis de grève sont déposés de telle manière que les parents puissent être prévenus, l’accueil des élèves est très souvent assuré . Ainsi, dans le second degré, l’accueil des élèves est assuré dans 90% des cas.

Quelle peut-être alors la raison de cette communication ?

S’il ne s’agit pas de remettre en cause le droit syndical, le Premier Ministre devrait alors se pencher sur les devoirs de l’Etat employeur en cas de conflit et notamment sur l’obligation de négocier dans la période du préavis. Cette exigence déjà inscrite dans la loi n’est jamais respectée par les services de l’Etat dans l’Education.

Si la volonté du gouvernement est de moderniser le dialogue social dans l’Education nationale, il ne suffit pas de l’invoquer et de légiférer. Il faut en créer les conditions. Ce qui est urgent, c’est de développer les procédures et les lieux pour de véritables négociations.

En tout état de cause, dans l’Education nationale comme ailleurs, la CFDT s’opposera à toutes mesures visant à restreindre le droit de grève des personnels.

Paris, le 18 juillet 2007

Le forum Répondre à cet article (pas de message pour le moment)
Ce site à reçu 742827 visites dont 322 aujourd'hui.Maxi/24 h. : 801 visites.  Moyenne : 376 visites/jour.
Site réalisé sous SPIP d'après le squelette Durzy - 2006 - Plan du site - Espace Auteurs Charte