· Autrement en Pays Charolais

Autrement

Législatives 2017

Recherche sur le site :
Dans la même rubrique :
Publié le 15 janvier 2007 par Webmestre
Publié le 16 décembre 2006 par Webmestre
Accès direct
Diplomatie : Royal met en avant sa "comp ?tence internationale"

Article mis en ligne le 12 avril 2007 par Webmestre  

Ségolène Royal s’est prévalue mercredi soir d’avoir eu raison avant tout le monde sur le dossier du nucléaire iranien, brandissant sa "compétence internationale" là où son "incompétence internationale" avait été pointée par ses détracteurs. Taclant Nicolas Sarkozy après son voyage aux Etats-Unis en septembre, elle a dénoncé la "tragique erreur" de la guerre en Irak et promis de ne pas être "celle qui ira serrer la main de George Bush comme si de rien n’était".

Dès la primaire au PS, Ségolène Royal avait préconisé le 7 novembre d’interdire à l’Iran d’accéder au nucléaire civil comme militaire. "A l’époque, j’étais bien isolée, on s’est même moqué de mes propos. La suite aujourd’hui me donne raison", a-t-elle lancé, un rien revancharde, en meeting devant 4.000 personnes à Metz (Moselle), alors que Téhéran vient d’annoncer le passage à l’enrichissement d’uranium à l’échelle industrielle. "L’incompétence internationale se transforme en compétence internationale !"

"Cette position, j’en suis convaincue, est la seule vraiment conforme à l’esprit du traité de non-prolifération", a-t-elle assuré. "Je ne vais certainement pas l’amender une fois entrée à l’Elysée". En Iran, "tous attendent qu’une voix s’élève pour les encourager et les soutenir, et je voudrais que cette voix soit encore bientôt celle de la France", a-t-elle souhaité.

La prétendante à l’Elysée a également abordé longuement les relations franco-américaines pour mieux attaquer son rival de l’UMP Nicolas Sarkozy. "Etre ami ne veut pas dire tout accepter de son ami. Appartenir à une même famille démocratique implique, comme dans toutes les familles, que l’on sache quand il le faut critiquer, gronder et même se fâcher, et c’est vrai pour la guerre en Irak, cette tragique erreur", a-t-elle fustigé.

"Je le dis très nettement : la France gardera son autonomie de jugement et d’action vis-à-vis des Etats-Unis d’Amérique, et je ne serai pas celle qui ira serrer la main de George Bush comme si de rien n’était, sans un mot pour nos désaccords tactiques et stratégiques", a sermonné Ségolène Royal. "La France agira avec indépendance et sans arrogance, elle tiendra son cap et elle affirmera par ma voix ses principes", a-t-elle promis.

Alors que le calendrier international s’annonce chargé au lendemain de la présidentielle en France, la candidate socialiste a promis de donner de la voix face à Vladimir Poutine dès le sommet Union Européenne-Russie du 18 mai. "La France, ce jour-là, devra donner le ton" et "j’aurai à coeur à la fois de jeter les bases d’un bon dialogue constructif avec ce grand pays qu’est la Russie, mais de ne pas oublier pour autant d’interroger mes interlocuteurs sur la situation chez eux faite à la presse libre et à ses journalistes", a-t-elle garanti, affichant également son "désaccord" avec la "guerre de Tchétchénie".

Enfin, elle a fait part de son "horreur" et de son "indignation" devant les "attentats ignobles" de mercredi en Algérie.

"La voix de la France doit rester en toutes circonstances la voix de la France", a conclu Ségolène Royal, qui doit également aborder les questions internationales et européennes lors de son dernier meeting à Toulouse le 19 avril. Manière, pour elle, de renforcer sa stature présidentielle en évoquant les prérogatives propres au chef de l’Etat.

AP

Le forum Répondre à cet article (pas de message pour le moment)
Ce site à reçu 677641 visites dont 44 aujourd'hui.Maxi/24 h. : 801 visites.  Moyenne : 363 visites/jour.
Site réalisé sous SPIP d'après le squelette Durzy - 2006 - Plan du site - Espace Auteurs Charte