· Autrement en Pays Charolais

Autrement

Législatives 2017

Recherche sur le site :
Dans la même rubrique :
Publié le 15 janvier 2007 par Webmestre
Publié le 16 décembre 2006 par Webmestre
Accès direct
De silences en renoncements, de renoncements en r ?signations, de r ?signations en humiliations nous n’avons fait que nous taire. Lettre ouverte ? ceux qui pensent que c’est la faute des autres. . ? Le vrai Sarkozy ? en acc ?s libre ! de Marianne. Message de Christian, de Fran ?oise.

Article mis en ligne le 29 avril 2007 par Webmestre  

Pourtant nous rêvions. Tous nous rêvions.

Tous nous rêvions nos vies multicolores, la tête pleine de nos envies, pleine de nos folies.

Mais qu’avons-nous fait ? Qu’avons-nous fait toutes ces années. Individuellement, collectivement.

Il est des silences assourdissants, il est des silences abrutissants.

Alors moi je dis.

Je dis que jamais je ne renoncerai.

Jamais je ne renoncerai aux rires partagés, aux poignées de mains échangées, aux livres passés, aux richesses distribuées, à la nature sauvegardée, aux enfants accompagnés, aux mots d’amour prononcés, aux souffrances fraternisées.

Je dis que jamais je n’accepterai.

Jamais je n’accepterai nos vies étriquées, nos peurs manipulées, la bêtise médiatisée, nos relations « économisées », nos libertés encadrées, nos paroles aseptisées, nos cultures méprisées.

Réveillons nous ! Il est grand temps, il est encore temps.

Et si j’use et j’abuse de mes contacts partagés, de votre amitié, de nos moments de complicité c’est juste pour qu’ensemble nous réagissions, pour qu’ensemble nous décidions et que nous construisions sereinement, effectivement et résolument nos désirs d’avenir.

Parce qu’aujourd’hui ce n’est possible qu’avec Ségolène Royal.

Parce que seulement elle avec nous, nous avec elle, nous pouvons faire cette France présidente.

Si fort de nos convictions alors nous convaincrons. Et vaincrons.

Il avait fait un rêve.

Moi aussi je fais un rêve.

Pour que tous ensemble nous fassions ce rêve.

PS : ce texte maintenant vous appartient. Faites-en ce que vous voulez. Mais surtout réagissez. Et pour les âmes chagrines qui me reprocheraient d’enfreindre la sacro sainte réserve commerçante et mes abus de fichier, je ne leur demande qu’une chose, qu’elles me le fassent savoir en toute simplicité, en toute amitié.

Jean Marc du Cadran.

**************************************************************************

Lettre ouverte à ceux qui pensent que c’est la faute des autres

On pourra se raconter tout ce qu’on veut, mais si jamais Nicolas Sarkozy est élu le 6 mai prochain, ce ne sera pas parce que Ségolène Royal a des défauts ou parce que François Bayrou a semé la confusion. Cela n’arrivera que si une majorité des électeurs qui expriment leur vote choisissent Nicolas Sarkozy. C’est à ceux qui sont susceptibles de le faire que je m’adresse. Je vous lis souvent (dans les forums de discussion) et je vous écoute parfois. Peut-être ce texte circulera-t-il jusqu’à vous.

Parmi les électeurs potentiels de Nicolas Sarkozy, on compte bien sûr des privilégiés (au premier tour, il a fait 73% des voix à Neuilly sur Seine, 64% dans le 16ème arrondissement de Paris, 56% dans le 7ème). Je veux dire des vrais privilégiés. Comme j’en suis un moi-même, il m’arrive d’en rencontrer et j’ai une petite idée de la façon dont ils fonctionnent.

Le rêve de certains d’entre eux (mais pas tous), c’est une société où des domestiques discrets s’occupent de leurs besoins sans nuire à leur illusion d’autonomie ; où des policiers pas trop visibles tiennent à l’écart le reste des populations en laissant entrer juste ce qu’il faut de vie autour pour faire couleur locale. Ils rejettent toute contrainte qui leur serait imposée au nom du maintien du tissu social et qui freinerait leur sacro-sainte productivité. Ils vivent assistés en permanence, mais ils croient faire marcher la machine du monde. Et à eux tous, ils font quoi, 2-3% maximum des électeurs français.

L’impôt et les taxes, qu’ils dénoncent si volontiers, ce sont eux qui les prélèvent sans cesse sur la valeur créée par tous, notamment par leurs placements financiers et la spéculation immobilière.

Vous ne faites pas partie de cette caste, et certains diront que vous vous faites avoir par ces privilégiés qui sont les principaux bénéficiaires de la politique fiscale de Nicolas Sarkozy. Mais vous savez ce qu’il en est et c’est en connaissance de cause que que vous envisagez tout de même de voter pour lui.

Parce que vous avez le sentiment d’être capables de beaucoup de choses, de travailler, d’être utiles, de prendre des initiatives. Et que quelque chose vous empêche d’en tirer les bénéfices que vous êtes en droit d’en attendre. Ce quelque chose qui est si difficile à identifier, cela vous semble être “les autres” : Ceux qui se remuent moins que vous pour y arriver, qui prennent moins de risques mais qui perçoivent quand même les bénéfices de la solidarité sociale. Ceux qui ont des privilèges, pas les grands privilèges qui font rêver, mais les petits qu’on perçoit comme des injustices. Ceux pour lesquels il faut payer des impôts ou des charges sociales alors que vous préféreriez économiser pour transmettre un patrimoine à vos enfants. Ceux qui ont moins peur de se faire licencier. Ceux qui ont des places d’élus ou de fonctionnaires. Ceux qui rendent le monde plus compliqué en étant différents. Ceux qui sont incivils et par là vous rendent le monde encore plus inconfortable.

A ceux qui voudraient voter Sarkozy pour ces raisons, je voudrais dire que non, ce ne sont pas “les autres”, les obstacles. C’est nous tous qui avons laissé se construire un monde qui nous divise et nous dresse contre nos voisins.

Ce que Nicolas Sarkozy vous propose, est l’illusion d’un instant : imaginer qu’on va juste taper sur “les autres”, ceux du quartier d’à côté ou les tout juste un peu moins bien lotis ou un peu plus privilégiés.

Vous avez l’impression d’avoir un boulet attaché par une chaîne à votre jambe, et lui vous dit : courez bien vite et les premiers arrivés au bout de la jetée, on leur enlèvera le boulet. Mais au fait qui a fabriqué les boulets ? Et si on prenait le temps de regarder comment ils sont faits ? Et de regarder aussi les voisins avant de les fuir.

Ségolène Royal ne sera pas une présidente parfaite. Elle n’est pas un tribun. C’est ce qui me rassure, c’est ce qui me donne confiance que le monde avec elle sera un peu plus ouvert à la recherche de vraies solutions, à la conscience des vrais problèmes. Que la solidarité pourra y être une source de fierté. Que l’on pourra chercher ensemble comment on construit un cadre de vie, une ville, les choses qu’on produit, celles qu’on donne, les exigences qu’on propose à nos enfants pour le monde de demain. Tentez cette chance, elle a besoin de vous.

********************************************************************

« Le vrai Sarkozy » en accès libre ! Marianne vous propose son dossier « Le vrai Sarkozy » en accès libre au format PDF.

(JPG)
PDF - 570.5 ko

********************************************************************

26 avril 2007

J’envoie cette lettre à tous ceux qui sont dans notre liste d’adresses électroniques. Celle-ci comprend des gens avec qui j’ai eu à partager quelque chose à un moment donné (moi ou mon épouse) ; mais dont je ne connais pas toujours les orientations politiques... Si je diffuse ce message, c’est justement pour atteindre aussi certains de ceux qui ne votent pas comme moi ! Je prends fortement position, sur un sujet sensible ; je peux donc vous heurter et je m’expose à des réactions virulentes, voire à perdre votre estime. Je l’assume par avance, en espérant que vous puissiez au moins croire à ma sincérité. Et si vous souhaitez diffuser le message à votre réseau (c’est aussi un peu le but !), personnalisez le fichier à votre guise.

Je suis classé à gauche (écolo). Auparavant, je n’avais jamais eu peur de perdre à une élection (c’est arrivé souvent !). Mais aujourd’hui, c’est complètement différent et c’est la raison de cette lettre, qui est un cri d’alarme. Mon avis personnel n’ayant guère d’importance, je m’appuie sur le dossier « LE VRAI SARKOZY », publié par l’hebdomadaire « Marianne » (politiquement classé au centre). Il contient des informations que je trouve effarantes ! Bien sûr, on a le droit de penser qu’il s’agit d’un tissu de mensonges ! Mais il est aussi possible de faire un minimum de confiance à ces journalistes, emmenés par Jean François Kahn, une grande signature de la presse française. Et la démarche ne manque pas de courage ; le dossier est d’ailleurs conclu par ces mots : « S’il est élu, nous savons que nous pourrions en payer le prix. Nous l’acceptons ». Ce n’est pas de la paranoïa : des journalistes de « Marianne » ont reçu des menaces depuis la parution du dossier...

Extraits : • Azouz Begag, son collègue du gouvernement, qu’il menace de représailles physiques après que celui-ci ait pris ses distances avec ses propos « karcher et racaille ». • Il considère qu’il n’a pas été reçu à France 3 avec les honneurs qui lui sont dus ; à l’adresse de la direction, il hurle : « Je vous ferai tous virer ». • C’est d’« enculés » que se font traiter les confrères d’une radio qui lui ont apparemment tapé sur les nerfs. • Menace en direction de ses accusateurs de l’affaire Clearstream « de finir pendus à un croc de boucher ». • Le Süddeutsche Zeitung de Munich dépeint « un macho sans scrupule et brutal qui joue avec la peur des gens ». • Reçue par Nicolas Sarkozy, la démographe Michèle Tribalat lui écrit : « J’ai pu apprécier votre conception du débat. Vous n’imaginez pas qu’un autre point de vue que le vôtre puisse présenter un quelconque intérêt ». • Remarque d’un député UMP : « On dit qu’il est narcissique, égotique. Les mots sont faibles. Jamais je n’ai rencontré un telle capacité à effacer spontanément du paysage tout ce qui ne renvoie pas à lui-même ». • D’un ex-responsable du RPR : « Il est fasciné par ce qui brille, les nouveaux riches, les copains à gourmette, même s’ils trichotent avec les règles communes ». • D’un chef d’entreprise qui avait eu le malheur de déplaire : « Je n’ai jamais été confronté à un entourage aussi belliqueux ». • Du ministre libéral François Goulard : « Son obsession du moi lui tient lieu de pensée. Il manque totalement d’humanisme. Si les français savaient vraiment qui il est, il n’y en a pas 5% qui voteraient pour lui ».

Il y a en bien d’autres. Je vous cite une amabilité délivrée en 1994, à propos de son mentor politique : « Chirac est mort, il ne manque plus que les trois dernières pelletées de terre ».

Nicolas Sarkozy accuse ses concurrents d’être du côté des délinquants et de la dégénérescence morale ! Mais : • Se faire, fût-ce en partie, offrir un luxueux appartement aménagé par le promoteur qu’on a systématiquement favorisé en tant que maire, est-ce un exemple d’attitude hautement morale ? • Pourquoi avoir promis de rendre public son patrimoine, et être le seul à s’en être abstenu ? • Comment accepter son soutien indéfectible à Patrick Balkany, archétype du roi de la magouille, accablé par la justice et écarté du RPR ?

Et sur la capacité à être un homme d’état : • Grave manquement à la solidarité gouvernementale, il stigmatise en Amérique « l’arrogance » de Dominique de Villepin dans son fameux discours devant le conseil de sécurité de l’ONU, à propos de la guerre en Irak. • Dérive eugéniste à laquelle il se livre récemment en exhumant « le gène du crime », réhabilitant ainsi le déterminisme socio-biologique de l’extrême droite. • Remarque de certains gaullistes : « Ce garçon n’est pas mûr. Il y a de la graine de dictateur dans cet homme-là ». • « Il a un problème de nerfs, de paranoïa » admettent en privé ceux qui l’entourent.

Et il atteindrait le sommet de l’état ?...

Si vous réagissez mal à ce courrier, ne vous privez pas de réactions courroucées à mon encontre ! Sachez au moins que c’est par conviction que je l’envoie, parce que j’ai peur que ce personnage ne tire la société française vers certaines conceptions de l’extrême droite, alors qu’aucun des autres leaders de l’UMP ne me fait cet effet.

Un programme repoussant, une campagne de division, un candidat inquiétant, tout cela a réussi à couper le pays en deux, de manière quasi-irréconciliable. Je garde un petit espoir qu’une femme (enfin !) nous réveille de ce cauchemar.

Aujourd’hui, Nicolas Sarkozy se plaint d’être victime de la haine ! On a envie de lui rappeler le dicton : « Qui sème le vent, récolte la tempête »... Il gémit dans ses meetings sur une entreprise de diabolisation à son égard ; parlons plutôt de rejet massif, qu’il a lui-même suscité par l’image qu’il a voulu transmettre ! Et ne peut-on pas dire que de l’autre côté, Ségolène Royal a dû aussi affronter un incroyable procès en incompétence, et de stupéfiants relents d’un machisme qu’on croyait disparu ?

Malgré toutes les critiques que je peux faire à la candidate du PS, et bien que je sache qu’elle a une personnalité parfois très difficile à supporter, je suis persuadé qu’elle ferait une bonne présidente de la république. Et même si on est en désaccord avec ses options politiques, l’espoir d’une impulsion vers une société de la tolérance est de son côté !

Ce petit mot, c’est ma manière de faire campagne, de faire du « porte à porte »... S’il réussit à déplacer un seul vote, ce sera toujours ça ! Et si Nicolas Sarkozy est élu, au moins aurai-je le sentiment d’avoir tenté quelque chose pour m’y opposer...

Christian

********************************************************************

Bonjour.

Bien qu’allergique aux diffusions collectives par courriel, j’en assume aujourd’hui les défauts.

J’ai reçu le texte joint par l’intermédiaire d’un ami en qui j’ai totalement confiance. Comme lui j’ai besoin de faire connaître mon inquiétude face à un candidat qui brigue une fonction essentielle de notre république : sa personnalité me fait craindre le glissement vers un pouvoir totalitaire. L’expérience d’autres pays nous a montré quel prix humain il faut payer avant d’en sortir.

Je comprends la difficulté à glisser dans l’urne un bulletin qui ne correspond pas aux choix politiques qu’on a fait en conscience, car je l’ai éprouvée en 2002. Aujourd’hui cette diffusion est l’engagement que j’ai besoin de prendre au service des générations à venir.

Françoise


Sur le WEB : http://www.marianne2007.info/-Le-vrai-Sarkozy-en-acces-libre- !_a1180.html ?PHPSESSID=86415ce55f50bc65a6732657c63b4aea
Le forum Répondre à cet article (pas de message pour le moment)
Ce site à reçu 634665 visites dont 380 aujourd'hui.Maxi/24 h. : 801 visites.  Moyenne : 476 visites/jour.
Site réalisé sous SPIP d'après le squelette Durzy - 2006 - Plan du site - Espace Auteurs Charte