· Autrement en Pays Charolais

Autrement

Législatives 2017

Recherche sur le site :
Accès direct
Comit ? de d ?fense ? Biscotine : Lettre ouverte ? M. G ?rard Voisin , D ?put ? signataire des lois Sarkozy

Article mis en ligne le 31 mars 2007 par Webmestre  

Petit souvenir de la réunion du comité de soutien de biscotine ce matin prochaine réunion dans 15 jours, samedi 14/04, 11h, mairie de Lournand .

(JPG)

Une collecte est organisée pour contribuer au billet de retour de Biscotine : les chèques sont à adresser en mairie de Lournand, intitulés à "Ligue des droits de l’homme" et portant au dos la mention "pour Biscotine"

********************************************************************

un comité de défense à Biscotine a été créé le 24/03/07 à Lournand :

http://www.e-monsite.com/biscotine

une pétition pour le retour de Biscotine a été déjà signée par plus d’une centaine de participants à la réunion du 24/03/07 à Lournand. : ci-joint le fichier de la pétition à signer et faire signer

Word - 25 ko

(cliquez pour la télécharger)

La pétition remplie à renvoyer à la Mairie de LOURNAND - 71250 CLUNY

ainsi qu’une lettre ouverte à Gérard Voisin envoyée à la presse par mes soins amitiés.

Nicole Eschmann

*********************************************************************

Lettre ouverte à M. Gérard Voisin , Député signataire des lois Sarkozy

M. Voisin,

A Cluny, personne ne comprend pourquoi, Biscotine, jeune camerounaise récemment mariée à un Français de Lournand, a été embarquée par les gendarmes à son domicile, pendant que son époux et le maire du village se rendaient à une convocation à la gendarmerie de Cluny. Elle a été rapidement transférée au Centre de Rétention Administrative près de Lyon, sans bagages et sans que son mari puisse la voir une dernière fois, remise en liberté (assignée à résidence) par le juge des libertés et de la détention, mais néanmoins expulsée sur le Cameroun, car l’avion était prêt et il coûtait cher . En réaction, un comité de soutien a été créé, pour faire revenir Biscotine chez elle, dans les meilleurs délais.

Vous avez fait annoncer samedi 14 mars à Lournand, que vous apportiez votre soutien à la famille de Biscotine. Nous nous en réjouissons tous et nous nous permettons de vous interroger :

-   Condamnez-vous cette expulsion, uniquement parce qu’elle se passe à l’approche d’élections dans votre circoncription ? Nous n’avons en effet pas souvenir que vous ayez répondu en février 2006, à la demande de soutien du Réseau local d’Education sans Frontières, lors de l’expulsion en Turquie, d’un jeune père de famille de deux enfants nés et scolarisés à Mâcon.

-   Ou alors avez-vous enfin réalisé que cette expulsion intègre les objectifs chiffrés fixés par le Ministre, et n’est que le résultat inéluctable de la mise en oeuvre des lois Sarkozy dont vous êtes signataire ?

Quand un ministre fixe des objectifs chiffrés, (25000 reconduites à la frontière en 2006), et une obligation de résultat (le ministre convoque régulièrement les 3 « meilleurs » préfets et les trois plus « mauvais » à Paris), on quitte la Démocratie et on quitte les Droits de l’Homme. Tout est organisé pour arriver coûte que coûte à ce chiffre. Femmes, élèves, enfants, adultes affamés dans la file d’attente des “Restos du coeur”, tout est bon pour arrêter de l’étranger. Les habitants de la rue Rampal à Paris, viennent de démontrer à la France entière, leur refus absolu de ces méthodes indignes : interpellations des parents aux abords des écoles, sans se soucier du sort de leurs enfants abandonnés sur le trottoir, suivies du placement en garde à vue de la directrice de l’école. Un Etat est légalement en droit de refuser des étrangers sur son sol, mais il est indispensable de se pencher sur la façon dont il va les expulser, les « éloigner » dit-il pudiquement.

En Europe, il y a de nombreuses politiques d’immigration possibles. En septembre 2006, Nicolas Sarkozy a tenté de convaincre ses collègues européens de signer un “pacte européen” pour étendre sa politique à nos partenaires et interdire les régularisations massives. Personne ne l’a suivi. L’Espagne a régularisé ses sans papiers, suivie par l’Italie, l’Allemagne, le Portugal et bientôt les Pays Bas. Il ne s’agit pas d’ouvrir les frontières à tous mais de gérer l’immigration sans drame, avec humanité et tolérance.

Vous défendez dans vos réunions publiques le projet de M.Sarkozy de créer un Ministère de l’Immigration et de l’Identité Nationale, uniquement dédié à une chasse encore plus implacable et inhumaine contre l’immigration clandestine. Cette politique que Nicolas Sarkozy veut amplifier s’il est élu, aboutira à faire de notre pays une immense machine répressive, en mobilisant un appareil étatique extrêmement coûteux , et conduira à un peu plus dégrader l’image de la France. Mener une politique globale, mondiale, réaliste et efficace conforme aux valeurs de l’humanité, demande réflexion, concertation, anticipation, mise en œuvre d’un réel travail de fonds. C’est évidemment bien plus difficile.

En conséquence, nous vous demandons donc, M. Voisin, de clarifier publiquement votre position :
-   votre soutien ira-t-il jusqu’à la dénonciation des lois dont vous êtes signataire ?

-   ou vous contenterez-vous de continuer à faire le grand écart , en votant toutes les lois de votre majorité à l’Assemblée, et en refusant leur application sur votre circonscription, comme contre la fermetures de classes, de boutiques SNCF et de bureaux de postes, ou contre la réduction de la taxe professionnelle...

Dans l’attente d’une réponse claire et responsable que tous les électeurs attendent avec impatience, je vous prie, d’agréer, Monsieur Voisin, mes meilleures salutations.

Nicole Eschmann, candidate aux Législatives,1ère circonscription de Saône-et-Loire

*****************************************************************

Expulsion du territoire La mobilisation autour de Biscotine se poursuit

(JPG)

A l’écoute des informations sur la situation de Biscotine

Samedi matin, suite à l’interpellation en début de semaine de Biscotine, infirmière Camerounaise, mariée à Jean-Claude Desforges, résidant à Lournand près de Cluny, et à son expulsion du territoire quelques jours plus tard, plus de 200 personnes ont répondu à l’appel du Comité de soutien, créé spontanément le jour même des événements. Francis Clément, maire du village, rappela d’abord les faits : l’arrivée en France de Biscotine munie d’un visa de tourisme, en août 2005, sa rencontre amoureuse avec Jean-Claude Desforges dans les mois qui suivirent, leur mariage le 6 novembre 2006 à Lournand, où vit ce dernier, la demande de titre de séjour le 4 décembre dernier, refusée le 5 février par la préfecture, avec l’injonction de se régulariser. Le 21 mars, considérée en situation irrégulière sur le territoire, Biscotine est alors interpellée à son domicile sur ordre de la préfecture, et conduite aussitôt dans un centre de rétention administrative à Lyon. A ce jour, Biscotine a été reconduite au Cameroun.

Parmi les personnalités présentes, samedi matin, on notait la présence de Chantale Bathias Conseillère régionale de Bourgogne, et de Jean Luc Fonteray, Conseiller Général du Canton de Cluny, Nicole Eschmann, secrétaire fédérale du Parti socialiste à la culture et à la communication, ainsi que des membres de la Ligue des Droits de l’Homme et d’Education sans Frontière.

Une fois le bureau du Comité de Soutien formé, les membres s’attachèrent à leur objectif principal, à savoir le retour rapide de Biscotine dans son village, en sollicitant d’une part un rendez-vous auprès de Madame la Préfète et d’autre part, le soutien de M. Voisin, Député Maire de Charnay les Mâcon. Afin de manifester leur indignation, une partie des personnes présentes s’est rendue à la gendarmerie de Cluny afin d’exiger des explications.

On les informa que tout avait été fait selon les règles de la procédure administrative d’expulsion et plus, que tout avait été fait pour améliorer le sort de Biscotine par le biais d’une procédure judiciaire parallèle lui permettant de voir un avocat et un médecin. La pétition qui sera adressée à la préfète a été signée par 142 personnes à ce jour.

Rendez-vous est donné à tous ceux qui souhaitent soutenir le mouvement du Comité de Soutien, le samedi 31 mars prochain à 11 h dans la salle communale de Lournand. Monic Coutheron

Texte de la pétition à l’attention de Mme la Préfète « Biscotine a été arrêtée et expulsée le 23 mars 2007 vers le Cameroun de manière indigne. Mariée à un habitant de Lournand, infirmière, elle n’est pas une délinquante. Nous exigeons son retour dans les meilleurs délais. Nous restons vigilants et la soutenons en attendant son retour. »


Sur le WEB : http://www.e-monsite.com/biscotine
Le forum Répondre à cet article (pas de message pour le moment)
Ce site à reçu 677265 visites dont 62 aujourd'hui.Maxi/24 h. : 801 visites.  Moyenne : 363 visites/jour.
Site réalisé sous SPIP d'après le squelette Durzy - 2006 - Plan du site - Espace Auteurs Charte