· Autrement en Pays Charolais

Autrement

Législatives 2017

Recherche sur le site :
Dans la même rubrique :
Publié le 5 novembre 2006 par Webmestre
Accès direct
Christophe Sirugue (Dominique Strauss-Kahn)
? Si DSK est au second tour, il peut se produire un d ?clic. ?

Article mis en ligne le 14 novembre 2006 par Webmestre  

Christophe Sirugue (Dominique Strauss-Kahn) « Si DSK est au second tour, il peut se produire un déclic. »

(JPG)
Christophe Sirugue

Christophe Sirugue est président du Conseil général, Conseiller général de Chalon-Nord. Il est le mandataire de la campagne de Dominique Strauss-Kahn en Saône-et-Loire

Christophe Sirugue (soutien de Dominique Strauss-Kahn) appelle à la sérénité des débats internes. Il estime que si DSK est au second tour, il peut l’emporter.

Journal de Saône-et-Loire : pourquoi soutenez-vous Dominique Strauss-Kahn ?

Christophe Sirugue : « parce que j’ai le sentiment qu’on se trouve à une période de choix d’options pour les années qui viennent. Dans ce cadre-là, il y a deux écueils à éviter. Le premier, c’est la surenchère à gauche ; le second, un message qui fait plaisir, mais qui ne correspond pas forcément aux évolutions dont à besoin notre pays. Dominique Strauss-Kahn est à la fois un homme de propositions, et probablement celui qui a le plus réfléchi au positionnement du Parti Socialiste par rapport à la réalité du système politique français. Il conserve une part d’utopie, tout en l’orientant vers un projet politique réalisable. Il veut aussi inscrire la victoire que nous souhaitons tous en 2007 dans la durée. Il n’est pas anormal de s’interroger là-dessus : chaque fois que nous avons été au pouvoir, nous n’avons pu nous faire réélire au scrutin suivant. Afficher cette volonté de durée, c’est à la fois travailler sur la maîtrise de l’Économie, dans le sens de la création de richesses, travailler la redistribution, et réfléchir aux gens, à la qualité de leur vie quotidienne, à leur émancipation. Il y a là le tryptique d’un développement durable de la société française. »

JSL : qu’est-ce qui différencie DSK des deux autres candidats ?

C. Sirugue : « le discours de vérité sur ce que sont les socialistes français aujourd’hui, c’est-à-dire des socio-démocrates. Il y a aussi son expérience. Lorsqu’il est passé au gouvernement, il a fait la démonstration de la pertinence de son action. Sous son impulsion, pour la première fois depuis longtemps, le déficit de la France s’est stabilisé, puis a baissé. Troisième élément : c’est un homme qui sait faire la transition entre la culture jacobine de la France et une évolution plus territoriale des besoins de notre pays. Enfin, il y a son expérience d’élu, maire de Sarcelles, député du Val d’Oise, qui a maintenu sa fidélité à ces territoires populaires. »

JSL : être social-démocrate, n’est-ce pas un handicap au Parti Socialiste, où les discours très à gauche sont ovationnés dans les réunions publiques ?

C. Sirugue : « je ne crois pas que la social-démocratie puisse être classée à la droite du PS. Elle ne représente pas la négation des valeurs du socialisme car elle a la solidarité comme objectif, la démocratie comme moyen et finalement, l’Europe comme perspective. Je m’inscris en faux contre cette confusion, d’autant qu’au moins deux des candidats se réfèrent à la social-démocratie. Je ne vois pas en quoi les hommes et les femmes de gauche auraient à rougir de ses options. Nous avons toujours la volonté de transformer la société, mais nous essayons de le faire avec les outils existant, et non par la révolution du grand soir à laquelle personnellement je ne crois plus. »

JSL : y aura-t-il un second tour de scrutin interne ?

C. Sirugue : « tout est possible, dès lors qu’on a accepté le principe qu’il ne s’agit pas d’un choix de personnalité mais bien d’options politiques. Alors, les trois tendances peuvent s’équilibrer. Elles sont tempérées par la personnalité des candidats mais ce seul élément n’est pas suffisant pour s’assurer une élection au premier tour. Nous n’avons aucun sondage fiable pour dire qu’un second tour n’est pas possible, personne n’ayant jamais sondé les adhérents du parti. Et tout calcul, dans le contexte de 70 000 nouvelles cartes, me paraît assez fantaisiste. Si DSK est au second tour, il peut se produire un déclic lui permettant de l’emporter »

JSL : que répondez-vous aux propos d’Arnaud Montebourg (NDLR : notre édition de lundi) ?

C. Sirugue : « les trois candidats sont des socialistes, quoi qu’il arrive, le gagnant sera socialiste, et il faudra que tous les socialistes se rassemblent derrière lui, ou derrière elle. Je trouve regrettable que l’on oublie cet élément fondamental. Ensuite, on peut penser ce que l’on veut de la méthode (NDLR : la vidéo pirate), mais les propos de Ségolène Royal sont ses propos. Je suis frappé de constater qu’à chaque fois qu’un de ses propos fait débat, il faille y revenir et nous expliquer qu’on n’avait pas compris. Les militants socialistes ont pu avoir durant cette campagne de bonne qualité toutes les informations pour s’exprimer librement. Je ne comprends pas que dans un scrutin entre trois socialistes, on puisse en appeler au vote utile, car le socle et les objectifs sont communs. Gardons notre sérénité et ayons confiance dans le vote des militants qui n’a pas besoin d’être dramatisé ».

Propos recueillis par J.-Ph. Chapelon


Sur le WEB : http://www.christophesirugue.com/
Le forum Répondre à cet article (pas de message pour le moment)
Ce site à reçu 635076 visites dont 121 aujourd'hui.Maxi/24 h. : 801 visites.  Moyenne : 468 visites/jour.
Site réalisé sous SPIP d'après le squelette Durzy - 2006 - Plan du site - Espace Auteurs Charte