· Autrement en Pays Charolais

Autrement

Législatives 2017

Recherche sur le site :
Accès direct
Bruno Julliard, ? charolles le vendredi 4 d ?cembre 2009.

Article mis en ligne le 5 décembre 2009 par Webmestre  

(JPG)

La réforme du lycée est-elle une bonne réforme ?

Je dirais non, moins parce qu’elle porte en elle des dangers que parce qu’elle manque d’ambition. Il y a tout de même des choses regrettables, comme la suppression de l’histoire-géographie obligatoire pour les élèves de terminale S, soit un bachelier sur deux, ce qui ne manque pas d’étonner à l’heure où l’on débat sur l’identité nationale. Mais le plus gros problème de cette réforme, c’est son manque d’ambition : elle ne concerne pas les lycées professionnels et les filières technologiques, il n’y a quasiment rien sur l’amélioration de l’encadrement pédagogique, ni sur les politiques innovantes à l’échelle des établissements. On fait un nouveau toilettage du lycée alors qu’on avait besoin d’une réforme en profondeur qui réponde à la question essentielle des missions du lycée. Le gouvernement n’a pas engagé ce débat. Il y a des éléments positifs, mais ils restent nettement insuffisants.

Quels éléments jugez-vous positifs ?

J’en vois trois : l’augmentation de la place des langues, la volonté de revaloriser la filière littéraire et les cours de soutien individualisés.

Le maillon faible du système éducatif n’est-il pas plutôt le collège, le collège unique ?

Je travaille beaucoup à l’élaboration du projet pédagogique du Parti socialiste. Lorsque je rencontre tous les acteurs, tous me disent que le collège est le maillon oublié de la politique de l’éducation. Il est devenu le creuset de l’échec scolaire et des inégalités sociales. Il devra donc constituer un chantier prioritaire. On ne pourra pas se contenter de cosmétique, car le besoin est fort d’une restructuration radicale du collège. Mais je ne pense pas que cet échec soit celui du collège unique. L’erreur a été de vouloir faire du collège un lycée miniature. On a mis de côté des générations entières d’élèves en difficulté. Il faut conserver un collège unique, mais les méthodes pédagogiques, les disciplines et l’organisation de l’enseignement doivent être adaptés à chacun.

Quelles sont les propositions

du Parti socialiste pour l’éducation ?

Beaucoup nécessitent encore un arbitrage politique. Notre démarche part d’une question essentielle : à quoi sert l’école ? Nous pensons que pour parvenir à la réussite du plus grand nombre, il faut réformer, et notamment réadapter les rythmes scolaires. Nous avons les journées les plus denses et l’année scolaire la plus courte d’Europe dans l’enseignement primaire. Il faudra donc allonger l’année scolaire pour alléger les journées. La refonte du collège sera au cœur de nos propositions, avec la volonté de mettre fin à la rupture majeure que constitue le passage de l’école au collège. Il faudrait moins d’enseignants par élève en 6e et 5e. Nous ouvrirons un autre chantier : la réforme de la formation des enseignants. Celle proposée par le gouvernement est contre-productive et inefficace. Nous proposerons un concours de recrutement plus tôt qu’aujourd’hui, suivi de deux années de formation professionnelle et d’une année de stage, ce qui reviendra à allonger le cursus d’un an. Nous souhaitons aussi mettre autour d’une même table parents, associations d’éducation populaire et acteurs de l’école. Dernier élément : nous allons proposer un contrat nouveau aux enseignants, revalorisant leur métier, ce qui passe par le salaire et par la reconnaissance. Ils seront au cœur des réformes de l’école, elles se feront avec eux.

Le meilleur candidat socialiste pour 2012 ?

Ce sera celui ou celle en capacité de rassembler les socialistes, la gauche, et de porter un projet audacieux. Pour cela, il faut travailler, et Martine Aubry a mis le PS au travail. Ensuite, nous choisirons au cours d’une primaire ouverte...

Le Parti socialiste peut-il garder les régions qu’il gère ?

Je suis assez optimiste, pour trois raisons : nos présidents sortants ont d’excellents bilans, il y a une volonté de sanction de la politique du gouvernement, et la gauche, au cours des dernières semaines, est redevenue plus audible et plus crédible. Mais j’aurais aimé un renouvellement plus important de nos candidats.

Quelles sont vos ambitions personnelles ?

Je suis un peu un OVNI en politique. Lorsque j’ai quitté l’UNEF, je n’avais pas forcémernt envie d’un parcours politique immédiat, et j’aimerais bien avoir plus tard une activité professionnelle.

Mais pour l’instant, mon ambition est de bâtir un projet pour l’école repris par mon parti et par le candidat à la présidentielle. Je ne serai donc pas candidat aux législatives en 2012.

interview

par J-Philippe Chapelon

saône-et-loire / grand témoin

Bruno Julliard, 28 ans, est l’ancien président de l’Union nationale des étudiants de France (UNEF). Animateur fédéral du Mouvement des jeunes socialistes dans son département d’origine, la Haute-Loire, en 2001, il a rejoint le PS en 2007 après sa démission de la présidence de l’UNEF. Élu à Paris lors des municipales de 2008, il est aujourd’hui l’adjoint de Bertrand Delanoë chargé de la jeunesse. Depuis le congrès de Reims de 2008, où il défendait la motion de Benoît Hamon (la gauche du parti), il est secrétaire national du PS à l’éducation. Il a animé vendredi soir un débat sur ce sujet à Charolles.

Publié le 06/12/2009

(JPG)

Une petite affichette de la réunion de Julliard à Charolles , que chacun pourra imprimer ou diffuser à son gré :

PDF - 197.5 ko

Bruno Julliard, secrétaire national du PS, viendra parler d’Education à l’invitation des sections de la deuxième circonscription de Saône-et-Loire et à l’initiative de la section de Charolles, Secrétaire national du Parti Socialiste en charge de l’Education Adjoint au Maire de Paris en charge de la Jeunesse Ancien Président de l’UNEF

Bruno JULLIARD Animera une réunion débat sur le thème : « Education, Jeunesse, Université : les combats des socialistes. »

Le vendredi 4 décembre à 18 h 30

Salle des Remparts

A Charolles


Sur le WEB : http://www.lejsl.com/
Le forum Répondre à cet article (pas de message pour le moment)
Ce site à reçu 655023 visites dont 42 aujourd'hui.Maxi/24 h. : 801 visites.  Moyenne : 356 visites/jour.
Site réalisé sous SPIP d'après le squelette Durzy - 2006 - Plan du site - Espace Auteurs Charte