· Autrement en Pays Charolais

Autrement

Législatives 2017

Recherche sur le site :
Accès direct
Billet d’humeur

Article mis en ligne le 10 mars 2007 par Webmestre  

Les médias se font l’écho d’une campagne présidentielle sans projet, aux relents nauséabonds de scandales ou d’étalage de la vie privée.

JACQUES REBILLARD (JPG)

A qui imputer la responsabilité d’un tel spectacle ? Avant d’en juger quelques rappels :

Nicolas SARKOZY met en scène sa vie privée et familiale, celle d’un couple uni avec Cécilia. Image d’Epinal rassurante qui vole en éclats quelques mois plus tard. Nicolas SARKOZY utilise sa fonction de ministre de l’intérieur pour enquêter sur Ségolène Royal ou ses proches et comme personne n’est parfait il y a toujours matière à redire. Ces informations sont largement diffusées et débattues sur la place publique. Les médias s’en mêlent pour relayer tous les commentaires de la droite à propos des petites phrases de Ségolène. Ces déclarations au cours de ses déplacements au moyen Orient, sur la bravitude, sur l’indépendance du Québec ou de la Corse ont suscité plus de commentaires que la bourde de CHIRAC sur les essais nucléaires iraniens. Que faire : ne plus rien dire ou pratiquer la langue de bois et le politiquement correct ?

Toujours Nicolas SARKOZY qui pille sans vergogne les références historiques de la gauche. Il lance tous les soirs de nouvelles promesses, utilise les moyens du Ministère de l’intérieur pour ses déplacements et ses visites. Il dresse les catégories sociales les unes contre les autres, pointant du doigt les plus démunis. Il oublie très vite son appartenance au gouvernement, et n’hésite pas à promettre ce qu’il n’a pas pu tenir. L’élève SARKO a déjà dépassé CHRAC son maître en promesses démagogiques. Il tire sur les vieilles ficelles de la stigmatisation des différences, de l’insécurité et de la peur. Face à cela les médias reprennent complaisamment les images de son service de communication ou ses phrases savamment dosées qui font mouche sur les ondes.

Face à cette débauche de moyens et d’illusions, Ségolène Royal n’aurait pas de programme ? Elle ne fait que respecter la méthode et le calendrier qu’elle s’est fixée : avec des discours sur les valeurs au cours du dernier trimestre 2006, avec les débats de la campagne interne du PS, avec les débats participatifs de Janvier 2007 et en Février l’annonce de son programme. Face aux attaques personnelles, elle s’est contentée de répondre avec mesure pour ne pas entrer dans le jeu de son adversaire.

La droite est responsable de la médiocrité du début de cette campagne.

Comme à l’habitude droite et gauche sont mises dans le même panier. La droite pervertit le système et salit toute la classe politique. Il faut affirmer haut et fort la rectitude de la campagne de Ségolène Royal. La gauche réclame que l’on respecte le temps du débat, de la réflexion, puis il y aura assez vite celui du projet et celui de la confrontation des candidats.

De quoi la France a-t-elle le plus le plus besoin d’une candidate fidèle à ses convictions, attentive à l’opinion des citoyens ou d’un bateleur de foire adepte du grand écart ?

(JPG)
Rebillard
Le forum Répondre à cet article (pas de message pour le moment)
Ce site à reçu 697882 visites dont 191 aujourd'hui.Maxi/24 h. : 801 visites.  Moyenne : 376 visites/jour.
Site réalisé sous SPIP d'après le squelette Durzy - 2006 - Plan du site - Espace Auteurs Charte