· Autrement en Pays Charolais

Autrement

Législatives 2017

Recherche sur le site :
Dans la même rubrique :
Publié le 5 novembre 2006 par Webmestre
Accès direct
Beno ?t Hamon, le quadra qui pousse...

Article mis en ligne le 5 septembre 2007 par Webmestre  

Le compte est bon. Avoir 40 ans aujourd’hui au PS, et des responsabilités, cela vous classe assurément dans la catégorie des chasseurs d’éléphants et fait de vous un membre à part entière de la relève. Surtout lorsque vous avez, comme beaucoup de vos pairs, déjà guerroyé depuis vingt ans et survécu aux courants. Dans un parti en proie au doute, traumatisé par ses défaites, tyrannisé par un adversaire politique qui a su mettre en avant des visages nouveaux, Benoît Hamon fait partie de ceux, épiés, qui passent enfin de l’ombre à la lumière. Dans cette génération-là, il y a forcément le leader de demain.

Parcours 1967 Naissance à Saint-Renan (Finistère).

1993 Président du Mouvement des jeunes socialistes.

2002 Cofondateur du courant Nouveau Parti socialiste.

2004 Député européen.

2005 Secrétaire national du PS chargé des affaires européennes.

2007 Porte-parole du PS pour les élections législatives.

[-] fermer

Benoît Hamon, député européen et membre de la direction du PS, possède cependant une particularité. Quand ses pairs n’ont plus que le mot refondation à la bouche, allant, comme Manuel Valls, le maire d’Evry, jusqu’à suggérer de rebaptiser le PS, lui défend farouchement le fonds de commerce. "Je ne suis pas un gardien du dogme, s’agace-t-il, enfin si, peut-être. Je n’ai rien contre la modernisation du PS, mais pas telle qu’elle s’entend aujourd’hui et selon laquelle pour gagner, il faut être moins à gauche, alors que la droite, elle, assume parfaitement son projet politique."

Il a ses arguments et s’en va partout répétant que "ce serait une hérésie de dire qu’il faut se réconcilier avec le marché dans un parti qui fournit les dirigeants de l’OMC et du FMI", en l’occurrence Pascal Lamy et Dominique Strauss-Kahn.

Jusqu’au bout, il est donc resté rétif à l’attraction de Ségolène Royal, pas du tout enclin à suivre ses lancées pour "briser les tabous". "Le donnant, donnant" avancé par la candidate lui semble être " une philosophie très éloignée d’une politique de gauche." "Je trouve préoccupante la dénonciation de l’assistanat qui aboutit à stigmatiser une population parasite, et l’approche de la problématique de la valeur travail a pour le moins été confuse", se justifie Benoît Hamon. Tout cela a, selon lui, "relégitimé la droite sur la question sociale."

Bref, à l’opposé de ses congénères et amis Arnaud Montebourg et Vincent Peillon, il s’est tenu éloigné de l’ex-candidate à l’élection présidentielle, préférant soutenir, au moment des primaires, Laurent Fabius. Et aujourd’hui, alors que François Hollande se trouve de plus en plus seul, retranché dans sa tour de la rue de Solférino, il fait partie de la dernière garde du premier secrétaire du PS, qu’il n’avait cessé de combattre jusqu’ici.

Au lendemain de la défaite présidentielle, ce dernier en a fait le porte-parole des législatives, débarquant au passage Julien Dray de ses fonctions. Exactement comme il avait fait de Benoît Hamon tout un symbole, en propulsant ce partisan du non à la Constitution européenne secrétaire national chargé des affaires européennes au lendemain du référendum de mai 2005.

Comme Manuel Valls, Benoît Hamon a commencé par s’enrôler chez les rocardiens. "On n’avait pas le choix", assure-t-il, quand on s’inscrivait en terre bretonne, à la fin des années 1980. C’est la montée de Jean-Marie Le Pen qui le pousse, dit-il, à franchir la porte de SOS-Racisme lorsqu’il revient de Dakar, au Sénégal, où son père, ouvrier de l’Arsenal de Brest, a passé quelques années en coopération, avec femme et enfants.

Sa famille n’est pas politisée mais lui se découvre un ambitieux engouement. Très vite, il prend carte simultanément au Mouvement des jeunes socialistes (MJS) au PS et à l’UNEF, syndicat étudiant, pépinière de la gauche. S’il obtient une licence d’histoire à l’université, il fait ses classes dans les clubs de jeunes rocardiens, Forums, où il côtoie Manuel Valls, mais aussi Olivier Faure, actuel directeur adjoint de cabinet de François Hollande.

Il casse tant et si bien les pieds à ses congénères que ces derniers lui confient les clés du MJS, pensant le cantonner dans une succursale de second plan. Las, en 1993, Michel Rocard, premier secrétaire du PS, donne son autonomie au MJS, ce qui aboutit à en faire un enjeu de pouvoir. Le voilà donc le pied à l’étrier, marchant sur les traces d’un Julien Dray et ou d’un Jean-Christophe Cambadélis, recruteurs de jeunes et agents patentés de l’agit-prop étudiante. Plus tard, il sera salarié de la MNEF. "Trois mois, et pour une campagne commerciale", précise-t-il. Le cadet Hamon n’est pas sot. Il crée ses réseaux, forme sa bande Nouvelle Gauche, fait le ménage et installe son influence au point qu’aujourd’hui encore, à 40 ans et bientôt père, il est considéré comme l’un des principaux patrons de la jeunesse socialiste. Le MJS s’opposera vivement à l’ex-candidate avant de faire campagne, toujours en concurrence avec les petits ségolénistes de Désirs d’Avenir.

Ce capital lui permet de côtoyer les grands. En 1995, il fait la campagne "jeunes" de Lionel Jospin puis entre au cabinet de Martine Aubry, numéro deux du gouvernement, où il retrouve d’autres jeunes ex-rocardiens comme Olivier Faure ou Frédéric Martel. Benoît Hamon fait le tour des élus socialistes pour vendre des emplois-jeunes, avant de devenir conseiller politique de la ministre. C’est l’époque de l’adrénaline et des pizzas dans leur boîte en carton engouffrées le soir.

La défaite de 2002 le conduit à travailler à l’institut Ipsos, dans un secteur privé où il n’a guère mis les pieds, mais pas à rester inactif au sein du PS. Cofondateur, avec Arnaud Montebourg, Vincent Peillon et Julien Dray, du courant Nouveau Parti socialiste (NPS) parti à l’assaut de la direction, Benoît Hamon, peu connu du public mais auxiliaire précieux avec son réseau jeunes, est celui que l’on oublie toujours de citer. Ses détracteurs le disent "méchant" ; son ami Régis Juanico, élu député et de toutes les aventures depuis le début, le défend : "Il peut être dur dans ses idées, mais en même temps, il ne se prend pas toujours au sérieux."

Les joutes socialistes aguerrissent cet amateur de rugby, devenu, au fil des ans, bon orateur et redoutable bretteur, capable d’envoyer un Texto vengeur à un journaliste de Libération : "A quand la rénovation des quadras de Libé ?" Le Parlement européen ne fait pas de lui "l’apôtre du compromis pour le compromis", même s’il en "mesure aussi la nécessité".

Il annonce la création de La Forge, un nouveau think thank avec des experts, des intellectuels et "des dirigeants de gauche". Inutile de lui parler de la concurrence des Gracques, ces anciens fonctionnaires socialistes qui plaident pour une alliance du PS avec le centre. "Des zozos", à ses yeux.

Isabelle Mandraud

LE MONDE | 29.08.07

Le forum Répondre à cet article (pas de message pour le moment)
Ce site à reçu 655987 visites dont 190 aujourd'hui.Maxi/24 h. : 801 visites.  Moyenne : 338 visites/jour.
Site réalisé sous SPIP d'après le squelette Durzy - 2006 - Plan du site - Espace Auteurs Charte