· Autrement en Pays Charolais

Autrement

Législatives 2017

Recherche sur le site :
Dans la même rubrique :
Publié le 21 janvier 2007 par Webmestre
Accès direct
Appel contre la franchise Sarkozy et Fillon en dilettante !!!

Article mis en ligne le 8 juin 2007 par Webmestre  

En moins de 12 heures, hier, le coût de l’exonération sociale et fiscale des heures supplémentaires est passé du simple au double. Ceux qui croyaient avoir mis à la tête du pays un gouvernement sérieux et compétent doivent se pincer pour vérifier qu’ils ne rêvent pas. Je vous le résume vite. Invité de RTL, hier matin, François Fillon précise (si on peut dire) le dispositif controversé d’exonération fiscale et sociale des heures supplémentaires, en avançant un coût « de l’ordre de 2,5 à 3 milliards d’euros ». Notez déjà que les 5 dixièmes d’approximation représentent 500.000.000 d’euros. Mais le Premier ministre n’est pas homme à s’arrêter à cette broutille près.

La preuve, il est environ 19h00 quand, au cours d’une de ces visites d’usine que la droite sarkoziste affectionne, le même François Fillon revient sur son évaluation du coût de l’exonération des heures supplémentaires : « Trois milliards (et plus 2,5 : la fourchette basse est déjà abandonnée), c’est la partie liée aux exonérations de la part salariale (...). Si l’ensemble est fait, le coût ou plutôt le manque à gagner pour le budget de l’Etat, serait de l’ordre de 5, 5,5 milliards, peut-être jusqu’à 6. » Qu’aurait-on entendu si Ségolène Royal, au cours de sa campagne, avait fait une évaluation aussi légère... Mais là on a affaire au Premier ministre de la France, non à une dilettante. Pas question de se moquer. Interdit d’ironiser !

Admettons donc avec le cœur des louangeurs que Sarkozy et ses ministres sont non seulement de beaux conteurs capables de faire croire aux pauvres qu’il leur suffit de voter comme les riches pour le devenir, mais aussi d’admirables compteurs. Pardon, comptables. Et ceux qui chipotent pour quelques milliards sont des pingres.

1 Com :

Les électeurs l’avaient viré de la présidence de la région Pays de Loire pour mettre à la place un ancien professeur de mathématique, Jacques Auxiette, on comprend mieux pourquoi maintenant !

2 com :

Euh...c’est peut-être pas l’unique raison pour laquelle les électeurs ont sanctionné Fillon. Mais ....

***********************************************************************

« FRANCHISE » SUR LES SOINS : L’ASSURANCE MALADIE SOLIDAIRE EN DANGER En matière d’assurance maladie l’UMP et Nicolas Sarkozy ont une idée fixe : l’augmentation des dépenses de santé, ce serait d’abord et avant tout la faute des patients. Il faudrait donc les « responsabiliser », c’est à dire les pénaliser financièrement pour « qu’ils consomment moins », ou, au minimum, pour que « la Sécu rembourse de moins en moins ».

Déremboursements incohérents, augmentation du « ticket modérateur » sur des soins courants, généralisation des dépassements tarifaires pour les médecins spécialistes, invention du forfait de 1€ par acte de soins ou de biologie, du forfait de 18 euros sur les actes supérieurs à 91€, l’actuelle majorité a multiplié les atteintes à la prise en charge solidaire des soins. Mais si elle a augmenté le reste à la charge des patients, le déficit de l’assurance maladie n’en a pas été comblé pour autant.

Aujourd’hui Nicolas Sarkozy va plus loin, beaucoup plus loin, en annonçant que s’il est élu il mettra en place une « FRANCHISE » c’est-à-dire un seuil annuel de dépenses en dessous duquel l’assurance maladie ne remboursera rien. Rien du tout. Franchise qui, pour mieux jouer son rôle de dissuasion de la consommation, ne sera pas remboursable par les assurances complémentaires, au moins dans un premier temps.

Nous, professionnels de santé, acteurs du monde associatif ou médico-social, universitaires, représentants des usagers et/ou usagers du système de santé dénonçons les RISQUES MAJEURS D’UNE TELLE FRANCHISE :

Franchise = Régression sociale : Dans son principe même une franchise d’un montant identique pour tous « pèsera » différemment selon les revenus. C’est la fin d’un système d’assurance maladie solidaire dans lequel chacun cotise selon son revenu et qui protège, équitablement, les individus en bonne santé et les malades. On quitte la logique de la solidarité pour celle de l’assurance privée.

Franchise = Menace sur l’accès aux soins des plus modestes :Dans une France où vivent plus de 3 millions de chômeurs et 7 millions de « travailleurs pauvres », 100 € de soins de santé non remboursés ce n’est pas rien... Et ce sont eux qui seront les premières victimes de la franchise si jamais elle voit le jour. La franchise, c’est la remise en cause de ce progrès social et sanitaire évident qu’avait été la création de la CMU.

Franchise = Menace sur l’accès aux soins primaires et la santé publique : Pour les « gros consommateurs », c’est-à-dire les patients atteints de maladies lourdes, il n’y aura pas le choix : il faudra payer. Mais au-dessus du montant de la franchise, ce sera sinon gratuit du moins « comme avant ». La cible de cette mesure ce sont surtout les petits ou moyens consommateurs qu’il faut dissuader de se faire soigner pour des maladies apparemment moins sévères (celles qui, non soignées, peuvent justement s’aggraver) et bien évidemment pour les actes de prévention que l’on croit toujours pouvoir « reporter » à plus tard. L’inverse d’une politique cohérente de santé publique.

Franchise = Remise en cause du « tiers payant » : Les professionnels de santé ne pouvant savoir si le montant de la franchise a, ou non, déjà été acquitté, les patients devront systématiquement faire intégralement « l’avance de frais ». Ce qui constituerait un obstacle supplémentaire à l’accès aux soins des plus modestes.

Franchise = Porte ouverte à l’escalade : Nicolas Sarkozy ne s’en est pas caché, cette franchise sera « modulable » c’est-à-direque « si les dépenses augmentent et si le déficit augmente on pourrait augmenter le montant », et comme les dépenses augmenteront, inéluctablement, la franchise augmentera, non moins inéluctablement, et avec elle augmentera la gravité de ses effets pervers.

Nous refusons l’instauration d’une telle « FRANCHISE », socialement injuste, économiquement inefficace et dangereuse pour la santé publique. Rejoignez-nous afin d’exiger des candidats à la présidentielle une clarification de leur position face à cette menace inacceptable sur l’accès aux soins en France.


Sur le WEB : AJOUTEZ VOTRE SIGNATURE AUX 44378 DEJA PRESENTES .
Le forum Répondre à cet article (pas de message pour le moment)
Ce site à reçu 773379 visites dont 384 aujourd'hui.Maxi/24 h. : 801 visites.  Moyenne : 382 visites/jour.
Site réalisé sous SPIP d'après le squelette Durzy - 2006 - Plan du site - Espace Auteurs Charte